Immense succès sous un soleil éclatant pour le Festival des Arts de la Rue

FESTIVAL FLORENVILLE La canicule s’est invitée à la 39e édition du Festival International des Arts de la Rue à Chassepierre. Inondé par le soleil ce petit village gaumais baigné par la Semois a été envahi par un public enthousiaste.

Certains spectateurs viennent au festival pour la première fois, d’autres en sont à plus de vingt éditions mais tous sont bien décidés à ne pas rater la prochaine.

Il faut dire que chaque fois le programme proposé est varié, plein de fantaisie, parfois de tendresse, jamais vulgaire et toujours applaudi par un public de plus en plus nombreux. Seize espaces ont été déterminés dans le centre du village et dans les prairies avoisinantes.

À l’espace église, la Murgafanfare Agrum, un groupe de musiciens et de danseurs, joue une musique endiablée. Certaines spectatrices vont même se mêler aux danseuses.

L’Atelier de la Voûte propose aux enfants un voyage en ballon, un manège tourné à la main. Il faut se méfier car Brizzi, un clown avec un nez blanc, rôde dans les rues toujours à la recherche d’un mauvais coup. Cette fois il se promène avec un pulvérisateur, de quoi donner un peu de fraîcheur sous un soleil de plomb.

Zinderling sont deux artistes venus de Gand avec leur Velodroom, un spectacle interactif dans lequel deux groupes s’affrontent dans une course cycliste pleine d’humour.

Dans l’espace Prairie Semois une grande foule s’est installée pour vibrer aux exploits de Lady Cocktail dans Les filles du 2e , un spectacle d’acrobaties aériennes avec des voltiges légères et gracieuses enrobée d’humour.

En plein village un salon est le théâtre des exploits d’un coiffeur hors du commun. Il transforme la tête de ses clients avec des oiseaux, des fleurs, feuillages, plumes ou fruits pour en faire un univers poétique, éphémère et fragile.

Pas moins de 45 compagnies gardent le public en haleine pendant que 200 bénévoles, les forces de l’ordre, les volontaires des pompiers et de la Croix-Rouge veillent au bon déroulement de cette manifestation réglée comme du papier à musique. On n’a pas tout vu, on reviendra demain.

JDC

Pas moins de 45 compagnies ont tenu le public en haleine. JDC