Georges Lang voue à l’Amérique et à sa musique un véritable culte. Celle-ci le lui rend bien