Le Hennuyer a de nouveau été longtemps à l’arrêt cette saison, mais il revient

RETOUR EN FORME PERWEZ L’an passé, Thomas Degand s’était révélé durant les mois d’été, avec de multiples places d’honneur de premier choix pour sa première saison chez les professionnels : 7e de la Route du Sud (6e et 8e d’étapes), 6e du Tour de Wallonie (5e et 6e d’étapes), 3e de Paris-Corrèze, où il était passé très près d’une victoire d’étape (2e battu par Bert De Waele et 3e de l’autre étape) avant de terminer aussi 3e d’une étape et 5e du classement final du Tour du Limousin.

Plutôt pas mal pour un néo-pro, remarqué chez les jeunes (vainqueur du Circuit de Wallonie, de la Flèche Ardennaise et du titre de champion de Belgique du contre-la-montre chez les élites sans contrat, notamment) ! Après ces débuts très encourageants pour le Hennuyer, on attendait le coureur d’Accent-Jobs Verandas Willems au tournant.

Mais sa saison 2012 n’a pas été une réussite, jusqu’à présent. Il n’a d’ailleurs pas beaucoup couru. “J’ai eu des ennuis de santé sur lesquels je ne veux pas m’étendre”, expliquait-il la semaine dernière, sur le Tour de Wallonie. “J’ai été trois mois sans compétition et deux fois quinze jours sans vélo, à cause de deux opérations. Aujourd’hui, ces ennuis sont derrière moi. Mais j’ai du retard à rattraper au niveau de ma forme. J’ai encore du boulot. Car alors que je n’ai que vingt jours de course dans les jambes, je dois rivaliser avec des coureurs qui ont bien plus de compétitions et de rythme que moi. Mais je suis sur la bonne voie.”

Il espère d’ailleurs pouvoir à nouveau se montrer en tête de course pour la fin de saison, lui dont la force de caractère n’est plus à démontrer, puisqu’il est chaque fois parvenu à revenir à son niveau malgré de nombreux arrêts suite à des pépins physiques (plusieurs opérations du genou, notamment, chez les jeunes).

“Mentalement, je dois bien reconnaître que ce n’est parfois pas facile, surtout d’être sur des courses sur lesquelles je jouais la gagne l’an dernier, ce que je ne suis pas capable de faire actuellement”, poursuit celui qui sera, mercredi, au départ de Paris-Corrèze. “Mais cela va déjà mieux qu’au début. Pour le moment, je ne subis plus, mais je n’ai pas encore un niveau pour espérer un résultat. Je ne suis logiquement plus protégé au sein de l’équipe et je me mets donc à son service, tout en travaillant à mon retour en condition.”

Vu d’où il revient, on peut écrire qu’il a effectué un bon Tour de Wallonie, qu’il termine 23e au classement général, grâce à sa présence dans le bon groupe d’une trentaine d’hommes qui s’est joué la victoire lors de l’étape reine. “C’est vrai que cela s’est relativement bien déroulé, même si je ne suis pas encore au top”, termine Thomas Degand, âgé de 26 ans. “Avant le Tour de Wallonie, j’étais parti me préparer en stage pendant quinze jours avec mon coéquipier Kevin Van Melsen. J’espère revenir dans le coup dans le courant du mois d’août et la fin de saison.”

Julien Gillebert

Après d’intéressants débuts en 2011, Thomas Degand a été retardé par des soucis de santé en 2012, mais se dit sur la bonne voie.photonews