Opéré du genou droit en début de saison, après l'avoir été un an plus tôt du genou gauche, Thomas Degand va sans doute reprendre la compétition ce week-end. "Peut-être que ce sera chez moi, au GP Criquielion", explique le coureur de Storez-Ledecq Matériaux. "À l'équipe de décider si elle m'aligne car c'est une course importante pour elle et, comme c'est ma reprise, je ne serai pas en mesure de faire grand-chose. Il faut me laisser un petit peu de temps..." Du temps, justement, la Communauté française ne lui en a pas laissé. Alors que la période de prolongation des contrats Rosetta est en cours (pour que l'an prochain, ces contrats soient fixés de janvier à janvier, et non plus de mai à mai), Degand vient d'apprendre que le sien n'est pas prolongé. "J'ai reçu un recommandé qui évoque un manque de résultats... Normal, j'étais blessé ! Quand j'ai téléphoné pour avoir des explications, on m'a répondu qu'un employeur devait remplacer son maçon blessé par un autre. Pourtant, l'an passé, après ma première opération du genou, j'avais déjà montré que j'étais capable de revenir en fin de saison." En brillant notamment avec les pros au Circuit Franco-Belge et en se classant 7e du GP Joseph Bruyère, à Hotton. "Si nous avions plus de contrat disponible, Degand aurait sans doute gardé le sien et on aurait pu avancer ses circonstances atténuantes", explique Cédric Colinet, directeur technique de la FCWB. "Mais il y a des conventions à respecter au niveau de ces contrats, notamment en ce qui concerne les résultats. Et la décision est tombée au niveau de la Communauté française concernant Thomas. Mais il doit savoir que ce n'est pas parce qu'il n'a plus ce contrat qu'il ne peut plus en avoir à l'avenir." Stéphane Paolella et Corine Hierckens pourraient également ne pas conserver leur contrat. Kevyn Ista, qui cartonne depuis le début de saison, pourrait en recevoir un.

Julien Gillebert