Le Grimm poursuit son opération de salubrité dans le centre-ville

MARCHE-EN-FAMENNE Il y avait déjà les canisettes. Une dizaine en tout, dans le centre de Marche-en-Famenne. Depuis jeudi, il y a les Toutounet. Des distributeurs de sachets pour ramasser les besoins de nos amis les chiens. Un dispositif sobre, composé d'une boîte métallique verte et de sachets en plastique. «Nous voulons soutenir l'effort commun de la population et des autorités en faveur de la propreté publique», souligne Alain Schonbrodt, le président du Grimm, l'association paracommunale active dans le domaine de l'environnement.

Le principe de la Toutounet? Simple! Des sachets noirs sont disponibles gratuitement. À utiliser en cas de déjection canine égarée, précise Alain Schonbrodt.

Il suffit d'enfiler le sac, et de saisir les crottes du cabot. Après, le maître est prié de déposer le paquet dans une poubelle. Les appareils sont installés place de l'Église, place aux Foires, rue Porte Basse Dont coût: 325 euros pièce. La Ville a financé l'achat.

Le président de l'association croit en ce genre de dispositif. «Nous verrons comment les propriétaires de chiens vont se comporter. Mais l'équipement en canisette a permis de diminuer ce genre de désagrément. Nous constatons une évolution positive», souligne Alain Schonbrodt.

Le Grimm n'a pas choisi un système de sachets présenté sous la forme d'un rouleau, comme à La Roche: «Des petits plaisantins s'amuseraient à les dérouler. J'espère que les gens réagiront bien! On approche du carnaval, une période à risque.»

En général, la population adopte un mobilier urbain après quelques mois. Des réfractaires, il en existe. «Nous les connaissons. Certains persistent à ne pas demander à leur animal d'aller dans les canisettes. C'est regrettable», peste Alain Schonbrodt.

L'homme rappelle qu'un nouveau règlement de police est entré en vigueur à Marche.

Les amendes, en cas de flagrant délit, peuvent grimper jusqu'à 250 euros. Cher, le besoin! «Je suis d'avis qu'on coince une bonne fois ceux qui n'ont pas envie de bénéficier d'un environnement plus sain», conclut Alain Schonbrodt.

À bon entendeur

© La Dernière Heure 2006