QUE SONT-ILS DEVENUS? Certains parcours sont parfois plus difficiles à oublier. La carrière de Dirk De Vriese transbahutée du Cercle Bruges à Gand en passant par quelques grosses années au RWDM et à Anderlecht ne peut être décrochée de quelques beaux albums souvenirs. Avec le seul regret de n’avoir été sélectionné chez les Diables qu’à une seule reprise.

En 1995, De Vriese choisissait de raccrocher définitivement ses crampons. Mais à l’heure où certains vieux footballeurs choisissent l’option pantoufles et canapé, l’ancienne vedette du stade Edmond Machtens, lui, décidait de replonger rapidement dans le milieu du football en tentant, vaille que vaille, d’en garder les meilleurs côtés.

Objectif de cette seconde vie: dégoter quelques gros talents et aider les jeunes joueurs à mener leur carrière sans dévier. Le carnet d’adresses s’épaississant au fil des années, l’ancien joueur anderlechtois n’allait pas tarder à se retrouver en odeur de sainteté du côté du Parc Astrid. Ayant trouvé dans le continent sud-américain un nouveau port d’attache, le jeune manager choisissait de frapper un grand coup en présentant Nicolas Frutos aux dirigeants du RSCA. Avec le succès que l’on sait.

Seule l’affaire du jeune Adnan Januzaj (passé d’Anderlecht à Manchester United) manqua un moment de compliquer les relations entre De Vriese et la maison mauve.

Quelques semaines plus tard, l’affaire était classée. Peut-être aussi parce qu’un autre dossier était entre-temps venu se glisser entre les deux parties. Lors de l’été dernier, De Vriese et Querim Likaj furent en effet les deux hommes à régler le passage de Ronald Vargas vers la maison mauve.

Unanimement reconnu pour son honnêteté et sa passion du métier, Dirk De Vriese a aujourd’hui gagné la confiance des principaux dirigeants de division 1. À Anderlecht, les hommes de l’ombre ne cessent d’ailleurs de le louer.

Thibaut Roland