Les ascenseurs historiques, l'Abbaye d'Aulne et le château de Beloeil vus du ciel pour les besoins d'une publicité

STRÉPY C'est un drôle d'oiseau qui flottait hier matin aux côtés de l'ascenseur n°3, à Strépy-Bracquegnies. La fédération du Tourisme du Hainaut a fait appel à la société tournaisienne Angle de Vue et à Luc Petit (seul Belge à avoir remporté deux fois le mondial de la pub francophone) pour mettre en scène trois spots télévisés de promotion pour le Hainaut. Trois spots, trois slogans: «En Hainaut il y a tout à voir; il y a tout à vivre; il y a tout à goûter». Et un fil rouge

Le fil rouge? Un ballon dirigeable, gonflé à l'hélium, inventé par un citoyen d'Avignon, Jean-Pierre David: l'aéroplume. L'engin, ultra-léger est équipé d'un harnais à la manière d'un deltaplane. Pour le faire avancer, le pilote agite ses bras, prolongés par deux ailes de 3 mètres d'envergure. Le reste est question d'inertie. Le dirigeable n'est autre que celui utilisé par Nicolas Hulot pour explorer les grottes de Bornéo à la recherche de chauve-souris dans le cadre de son émission Ushuaïa.

Les prises de vues avaient lieu aux ascenseurs historiques Strépy-Bracquegnies toute la matinée de mardi. Elles se sont poursuivies à l'Abbaye d'Aulne, dans l'après-midi. Ce mercredi matin, l'équipe est en tournage au château de Beloeil. Les spots dureront une trentaine de secondes et seront diffusés en juillet et en août, sur les antennes nationales.

«A côté des ascenseurs historiques, l'aéroplume donne une impression de modernité. A côté de l'ascenseur de Strépy-Thieu, il fait plutôt antique, explique Luc Petit. Il va nous permettre de montrer le Hainaut d'un point de vue plus humain. J'avais envie de faire ressentir une émotion sur le Hainaut. C'était l'occasion de trouver une nouvelle approche. A Beloeil, 50 figurants entoureront l'aéroplume.»

Chaque spot déclinera un aspect du tourisme: le patrimoine; les sports, les loisirs, la détente, les paysages; les produits du terroir, la gastronomie, les gîtes. A la grande joie du directeur de la fédération, Jean-Michel Maes: «Tout ceci présentera au mieux l'image de marque du Hainaut».

© La Dernière Heure 2004