Qualifié de «négationniste» sur la question du génocide arménien, le secrétaire d'Etat contre-attaque

BRUXELLES Le socialiste Emir Kir voit rouge. Le secrétaire d'Etat bruxellois à la Propreté est bien décidé à mettre un terme à ces attaques «personnelles» qui visent, selon l'intéressé, «à porter atteinte à mon image». Qui en veut au mandataire, belge d'origine turque? Mehmet Koksal, journaliste indépendant et Pierre-Yves Lambert, chercheur.

Tous deux sont spécialistes des questions sur l'immigration en Belgique, pour lesquelles leur travail est salué. Mais ils ont aussi pendant de nombreux mois enquêté sur la personnalité d'Emir Kir et sur ses fréquentations. Ce qu'ils lui reprochent au premier chef, c'est d'avoir participé à une manifestation, le 29 mai 2004 à Bruxelles, «sous le mot d'ordre Rejetez les affirmations de génocide », expliquent MM Lambert et Koksal sur leur site Internet www.suffrage-universel.be.

Quel génocide? Celui des Arméniens par les Turcs en 1915. La participation d'Emir Kir à la manifestation aidant, les deux chercheurs ont tôt fait de le taxer de «négationniste» sur leurs pages. Des pages qui n'hésitent pas non plus, éléments à l'appui, à faire le lien entre l'intéressé et l'organisation des Loups gris, l'extrême-droite turque.

Pour Emir Kir, les deux hommes ont été trop loin. «Ca suffit, explique Emir Kir. A côté d'un travail scientifique de qualité mené par les deux hommes, il y a un certain nombre d'articles qui ne sont plus de l'ordre du caustique mais de l'ordre de la calomnie.»

Pour ce qui est du génocide arménien, M. Kir répond qu'il appartient «à chaque état à assumer son passé et à faire la lumière sur cette page tragique de son histoire. Et ce sont aux historiens, sous l'égide d'une commission indépendante, à faire la lumière sur cette question. En ce qui me concerne, je condamne tous les massacres perpétrés durant cette période tant vis-à-vis des Arméniens que vis-à-vis des Turcs.»

Quant à sa participation à la manif du 29 mai: «Le mot d'ordre était l'adhésion de la Turquie à l'Europe. C'est à ce titre que je m'y suis rendu mais aussi pour rencontrer le maire d'Emirdag, ville d'où mes parents sont issus. Mais, comme à chaque fois, certains se rendent aux manifs aussi avec des messages politiques.»

Emir Kir ne réclame aucunement la fermeture du site Internet, mais que soit sucré le terme négationniste «accolé en permanence à mon nom», ajoute M. Kir qui réclame le paiement d'une astreinte de 2.500 euros par infraction.

Pour Pierre-Yves Lambert, apparaît dans la plainte, «outre l'aspect manifeste d'atteinte à la liberté d'expression», une confusion lorsque «le sieur Kir s'emmêle les pinceaux quand il tente quand il tente d'échapper au qualificatif de négationniste et justifie en fait pleinement ce qualificatif dans le texte de sa propre plainte».

© La Dernière Heure 2004