RECHERCHE SCIENTIFIQUE

La députée libérale Florence Reuter n’accepte pas la faiblesse de la réaction du ministre Nollet

BRUXELLES Nouvelle réprimande, hier, pour la secrétaire générale du Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS) Véronique Halloin, suite à une deuxième interpellation portant sur d’éventuels conflits d’intérêt ou délits d’initiés liés à certains de ses mandats privés et sa fonction au FNRS.

Dans un style très scolaire et au nom du devoir d’indépendance totale du FNRS, le ministre Écolo a annoncé avoir demandé à “Madame Halloin de se retirer de toute fonction au sein” de la société familiale VHConseil.

“L’intéressée m’a répondu par écrit que son retrait de la cogérance de VHConseil sera publié dans les prochains jours, ajoutant que VHConseil se retirera également de Wagram Invest.” Actionnaire à 2 % – “un cadeau de mariage” – de cette dernière société, Véronique Halloin se dégagera de ses engagements patrimoniaux dans Wagram Invest, courant du mois d’avril, a précisé le ministre Écolo. Qui propose de transformer le contrat à durée indéterminée de secrétaire générale du FNRS en un mandat renouvelable tous les cinq ans.

À l’origine de cette nouvelle interpellation liée à l’indépendance du FNRS, la députée libérale Florence Reuter n’a de son côté pas compris ni accepté la faiblesse de la réaction du ministre Nollet et, par conséquent, de l’ensemble du gouvernement de la Communauté française. Pour mémoire, Véronique Halloin a été nommée par la ministre en charge du dossier à l’époque : Marie-Dominique Simonet (CDH).

“Je ne m’attendais pas à des explications aussi peu satisfaisantes”, a-t-elle commenté. “Avec votre attitude, on ne sort pas du climat de suspicion. Et je me rends compte que dans d’autres secteurs, il en faudrait beaucoup moins pour parler de conflit d’intérêt. Il aurait fallu que Madame Halloin décide, en toute bonne foi, de quitter ses mandats privés. Ici, vous n’agissez que parce que l’on vous pousse dans le dos”.

L’élue libérale a encore vertement dénoncé le manque d’indépendance flagrant du ministre Jean-Marc Nollet (Écolo), “dont l’attitude reste inacceptable !”

Mathieu Ladevèze