Le phénomène de fusion ne semble pas épargner la plus petite ville belge

DURBUY Dès la saison prochaine, il est plus que probable que Durbuy et Barvaux ne fassent plus qu'un. L'échevin des Sports, Jean- Marie Carrier, ne cache pas qu'il est très favorable à ce projet. Dans la ville de Durbuy, les négociations vont bon train mais on n'ose encore trop en parler, pour ne pas que le rêve se brise. Les discussions se passent bien et la fusion est pratiquement entérinée. `On a les installations pour permettre à une équipe de jouer la tête en P 1,´ confie le politicien.

Et pour l'heure, les deux équipes militent dans la série P 2C. La saison prochaine, c'est vraisemblablement dans les installations de Durbuy que l'équipe première unique s'alignera. À Barvaux, plusieurs terrains permettront d'accueillir les jeunes. Actuellement, les clubs d'Halthier et de la Winaloise sont des exemples de fusions réussies dans nos championnats.

Halthier était né de la fusion entre Petit-Thier et Grand-Halleux, il y a à peine plus de dix ans. La nouvelle équipe avait redémarré au bas de l'échelle et a fêté la montée de P 1 lors du 10e anniversaire de la réunion. La Winaloise est née de l'union de Wibrin et Nadrin. Récemment, le terrain a été équipé d'éclairage. Il est bien plus facile de financer l'équipement d'un terrain plutôt que celui de deux. Et c'est toujours l'aspect financier qui prime quand on parle de fusion.

Un projet est également

à l'étude à La Roche

À La Roche, le bourgmestre Jean- Pierre Dardenne, qui a aussi les Sports dans ses attributions, parle du projet: `Par contre, au niveau des jeunes, ça fonctionne très bien, explique le bourgmestre. Il y a une gran- de collaboration entre trois clubs de l'entité. Au niveau des équipes premières, La Roche et Bérismenil ont bien étudié la question mais aucune majorité ne s'est dégagée.´

Dans le sud de la province, Athus et Aubange occupent les deux dernières places du championnat de P 1. `La plupart des clubs ont de grosses difficultés financières, explique l'échevin des Sports, Dondelinger. L'assistance et le nombre de bénévoles diminuent. Il faudrait penser à des fusions. Pour les deux clubs d'Athus, le Sporting et Athus 2000, il n'y a plus de raison de rester séparés. L'objectif d'Athus 2000 était de maintenir les jeunes dans la ville. Je suis très favorable à la fusion de ces deux clubs.´

© Les Sports 2003