Auteur d’une belle saison en 2012, le jeune Wallon a de l’ambition

TOUR DU GABON EBOLOWA Après des débuts très remarqués l’an dernier, pour ses premiers pas dans une équipe WorldTour (il avait été pro dès 2011, chez Wallonie Bruxelles-Crédit Agricole), Gaëtan Bille est attendu au tournant en 2013. Le coureur de Lotto-Belisol a pris confiance l’an dernier, notamment en remportant le GP Pino Cerami, mais aussi en signant des résultats intéressants (5e du prologue de la Ruta Del Sol, 12e et 21e d’étapes, dont une clm, de Paris-Nice, 21e de Paris-Tours…).

Mais, à 24 ans, ce Fouchois désormais installé à Soumagne, tient à garder les pieds sur terre.

“J’ai été satisfait de ma première année, les doutes que j’avais, me demandant si j’étais capable de faire carrière, en arrivant à ce niveau sont partis et j’ai envie de confirmer”, explique-t-il. “Mais je vais garder la même philosophie cette saison. Je vais sur les grandes courses pour apprendre et aider les leaders, aller le plus loin possible, car je me rends bien compte qu’au niveau WorldTour, c’est encore un peu trop haut pour moi. Tandis que je jouerai ma carte sur les plus petites courses, pour y faire des résultats. L’équipe nous a d’ailleurs demandé de prendre aussi des points sur les circuits continentaux.”

Y compris sur ce Tour du Gabon, débuté hier et sur lequel il a lancé sa saison, en fanfare, puisque son coéquipier Robert s’y est imposé, tandis que Bille s’y est classé 12e. “Je prends cette épreuve comme une préparation, mais pourquoi ne pas y réaliser déjà quelque chose ?” poursuit Gaëtan Bille, qui découvre, par la même occasion, l’Afrique. “Même si, le plus important, c’est de ne pas y attraper de maladie ou de virus !”

Après, il enchaînera avec Majorque, le Nieuwsblad, le Samyn, Paris-Nice, éventuellement Sanremo (il est dans la présélection), Waregem, La Panne, le Tour des Flandres, les Ardennaises, soit un programme de premier choix !

“Oui, j’ai de la chance, comme en 2012. Le Cerami, que j’ai gagné l’an passé, ne figure pas à mon programme. Cela me ferait très plaisir d’y être : porter le dossard 1 sur une course, cela doit être quelque chose ! Mais tout dépendra de la fatigue à ce moment. Je suis très ambitieux, et, le principal, c’est de continuer à progresser. Et je me dis que je ne peux que progresser.”

Julien Gillebert

Gaëtan Bille, ici avec son coéquipier Jonas Van Genechten, veut aider ses leaders en WorldTour et faire des résultats en continental.photo news