Après une saison en demi-teinte, Gaëtan aborde Deinze-Ypres avec envie et ambition

ESPOIRS Il n’est plus en continentale mais il ne s’en émeut guère, Gaëtan Bille. Certes, il ne peut plus participer à des épreuves pros comme c’était le cas l’an passé quand il évoluait chez Vérandas Willems, mais le Luxembourgeois semble renaître au Pesant Club Liégeois, après une saison 2009 en demi-teinte.

C’est vrai que l’an dernier, j’ai fait parler un peu moins de moi alors que je devais me dévoiler, dans la foulée d’une bonne seconde saison chez les Espoirs”, explique Gaëtan Bille qui a laissé apparaître un coup de pédale facile lors des premières courses.

“Mais en 2009, j’ai souvent dû me mettre au service des leaders et j’en ai un peu perdu mes automatismes, le sens de rouler pour soi. Ici, dès les premières courses, cela va mieux. Comme lorsque j’étais il y a deux ans au VC Ardennes.”

Cela s’est traduit par deux belles places d’honneur. En kermesses, certes, mais à chaque fois avec un nombre de partants élevés : 6e sur 189 à Saint-Séverin et 7e sur 178 mercredi dernier lors de la course d’attente du Samyn. Deux résultats qu’il veut confirmer sur des terrains plus relevés. “La forme est déjà bien présente”, poursuit Gaëtan Bille. “Je n’ai pas trop pu la montrer ce week-end lors de la Vlaamse Pijl (NdlR: Top Compétition, UCI 1.2) car cette épreuve ne me convient pas trop, mais j’espère être bien pour la deuxième épreuve, Deinze-Ypres (NdlR: qui, elle, n’est pas encore en UCI 1.2).”

Une course qu’il connaît bien et qu’il adore. En 2008, pour sa première participation, il s’y était classé 3e. Et l’an passé, il s’était longtemps montré, dans un contre avec Polazzi derrière Armee, le futur vainqueur.

“J’aime cette course et elle me convient très bien”, termine celui qui veut monter en puissance pour sa dernière année chez les Espoirs.

“J’ai envie d’y briller, tout comme de réaliser une grande saison, très régulière. Pour la première fois, j’ai un contrat Rosetta, qui représente un plus énorme. Financièrement, bien sûr, mais aussi avec le Centre de formation du cyclisme francophone et ses stages de préparation. C’est parfait. Le but est d’utiliser ce contrat Rosetta pour en décrocher un autre. Pas un Rosetta mais bien un contrat pro !”Julien Gillebert

Bille dans son nouveau maillot du Pesant, avec lequel il espère rebondir pour sa dernière saison chez les Espoirs, lui qui aborde en confiance Deinze-Ypres ce week-end,