La Binchoise est née le 26 septembre 1900 a fêté son anniversaire avec ses copines

WAUDREZ Entourée de ses amies de la résidence du château de Clerfayt, Germaine Degueldre s'apprête à fêter un anniversaire hors norme: celui de ses 105 ans. Pour cette coquette petite dame, la vie s'écoule paisiblement entre ses souvenirs éparpillés et sa vie quotidienne dans la résidence du château de Clerfayt qu'elle a rejoint l'an dernier. «Pour ses 104 ans, elle nous a encore reçus chez elle et a servi le Porto! Et en un an, elle n'a pas changé!», souligne Monique Derbaix, échevine de l'état civil et de la population.

Et il faut bien le dire, Germaine Degueldre est bien loin de faire son âge. Son secret? «Je n'ai jamais fait de bêtises dans ma vie!», dit-elle en affichant son plus beau sourire. La dame n'est pas non plus une adepte des médicaments ni même des médecins et aussi loin qu'elle puisse s'en souvenir, elle n'a pas souvent été malade. «Malgré son âge, elle a gardé une belle vigueur et elle mange toujours avec un très bon appétit», ajoute Frédéric Falciani, directeur de la maison de repos depuis sa création en 1986.

Née à Binche le 26 septembre 1900, Germaine Degueldre a épousé en 1922 - de mémoire, nous dit-elle ! - Gaston Degueldre, son arrière-petit-cousin. «Nous étions la famille Degueldre-Degueldre», explique fièrement la reine de la journée.

Artiste confirmée, la dame a pratiqué le violon dès l'âge de 8 ans et aujourd'hui encore, avec un peu d'aide, elle arrive à jouer une symphonie à ses copines de chambre. Et lorsqu'elle ne s'adonnait pas à la musique, Germaine Degueldre peignait. «Il y en avait partout dans sa maison, se souvient l'échevine. Son mari, lui, était garagiste à Waudrez, en lieu et place du garage Toyota. Mais il aimait aussi faire de la sculpture!»

De leur union sont nés deux garçons, Yvon et Max, qui lui ont donné la chance d'être grand-mère.

En 105 ans hélas, Germaine a oublié certains de ses souvenirs. Sans doute les plus pénibles. «Ce n'est pas si facile de se rappeler mais j'ai connu beaucoup de choses, notamment les deux guerres», note-t-elle tout simplement.

Depuis son installation dans la résidence du château de Clerfayt, la centenaire a trouvé ses marques. Ce qu'elle aime le plus, c'est se balader dans le parc de 10 hectares où se trouve notamment un étang ainsi qu'une école d'enseignement spéciale. Hier, la trentaine de résidents a levé son verre à la santé de Germaine Degueldre qui espère bien encore fêter quelques anniversaires.

© La Dernière Heure 2005