Le front commun a décidé d'attendre jusqu'au 31 janvier pour entreprendre des actions

BRUXELLES Le front commun syndical CNE-SETCa de l'hôpital César De Paepe a décidé hier, à la suite de la réunion du Bureau de conciliation de la commission paritaire, de suspendre jusqu'au 31 janvier 2006 le préavis de grève dont le dépôt avait été annoncé le 5 décembre dernier.

Le front commun est inquiet pour l'avenir de l'hôpital César De Paepe et de l'Hôpital français, avec lequel il est fusionné, depuis l'annonce de la nouvelle convention liant les hôpitaux publics bruxellois et l'ULB ainsi que la création d'un cancéropole européen commun sur le site d'Erasme.

Dans la foulée, les syndicats avaient appris que César De Paepe serait cédé dès le premier janvier 2006 à Iris, la structure regroupant les hôpitaux publics de Bruxelles, et intégré dans les activités de l'hôpital Saint-Pierre. L'Hôpital français, lui, se rapprocherait d'Erasme par le biais d'un partenariat.

Lors d'une réunion informelle organisée lundi entre les représentants syndicaux et le président d'Iris, Yvan Mayeur (PS), il avait été décidé que la cession des activités de la clinique César De Paepe à la structure Iris serait reportée au mois de mars ou d'avril prochain.

Hier matin, les représentants syndicaux ont obtenu l'engagement de l'employeur actuel de «faire garantir par le repreneur du site César De Paepe le maintien des conditions de travail, de rémunération et des droits acquis aux niveaux individuel et collectif.»

Les discussions étant toujours en cours, le front commun a décidé de suspendre le préavis de grève jusqu'au 31 janvier 2006.

© La Dernière Heure 2005