Le jeune Bruxellois est à nouveau repris en équipe nationale après sa première pige il y a onze mois

RUGBY BRUXELLES Il a quitté Boitsfort il y a 4 ans. À 16 ans, Guillaume Piron décidait en effet de tenter sa chance à l’étranger. Et pas n’importe où. À Montpellier, club évoluant dans le Top 14, un des plus meilleurs championnats au monde. “Deux joueurs de Boitsfort (NdlR : Bastian Vermylen et Romain Mortgat) étaient déjà pensionnaires de leur centre de formation, j’ai suivi la même voie. Je fais partie des quelques pensionnaires boursiers”, raconte cet international de 20 ans.

Le jeune Bruxellois a commencé à malmener le ballon ovale à 8 ans à Boitsfort. “J’avais des amis qui y jouaient, j’ai voulu essayer.” Et depuis, il n’a plus arrêté. Il avait déjà tenté sa chance dans un autre centre de formation, celui de la Ligue francophone belge, qui regroupe nos meilleurs espoirs, avant de prendre la direction de la France pour y rejoindre un impressionnant contingent belge. “En France, le niveau est bien plus élevé qu’en Belgique. Rien qu’au niveau de l’encadrement, la différence est importante. Les entraîneurs ont beaucoup plus d’expérience et c’est plus professionnel”, explique-t-il.

Dans la région du Languedoc Roussillon, l’arrière d’1,83 m combine ses nombreux entraînements au club avec des études en Fac de sciences. “Je n’ai pas que le rugby. Je suis conscient que ce sera difficile pour moi d’obtenir un contrat pro dans le Top 14 quand ma formation sera terminée. Quand je vois ceux qui signent, c’est vraiment du lourd. J’espère pouvoir évoluer dans les échelons inférieurs plus tard.”

Dans la catégorie Espoirs, il s’y épanouit jusqu’à présent. “On est 5e de notre poule sur 10. Ca se passe bien.”

Avant de penser à cet avenir, l’ancien Boitsfortois honorera une 2e sélection chez les Diables samedi. En effet, il a été appelé par Richard Mc Clintock pour affronter les Pays-Bas. “Je ne sais pas encore si je jouerai, mais il y a toujours une bonne ambiance chez les Diables Noirs. En club, je joue au centre, mais lors de ma première sélection contre l’Allemagne en mars dernier, j’ai joué à l’aile”, se souvient-il. “On n’a jamais été aussi proche de la montée en division 1A. En tout cas, ça boosterait encore plus le rugby chez nous.”

Nathalie Dumont

Guillaume Piron, 20 ans, sera à nouveau Diable samedi pour la rencontre face aux Pays-Bas. Bauweraerts