Me Marc Guiot, manager de F1, promoteur immobilier, ancien flic, garagiste, roi du faux et de l’escroquerie, est condamné à 2 ans ferme

TRIBUNAL BRUXELLES Tout en étant à la tête d’une étude d’huissier qui occupait 35 personnes à Bruxelles, Me Marc Guiot était aussi manager d’un pilote de Formule 1, Bas Leinders, patron de deux garages Citroën à Charleroi, promoteur immobilier, faussaire de génie pour sa comptabilité mais aussi pour émettre de la monnaie de singe. Il dirigeait aussi des ASBL de promotion du sport pour les jeunes.

Selon l’accusation, il avait tenté de corrompre un agent du fisc mais il a été acquitté de cette prévention.

Plus fondamentalement, il fut un escroc viscéral et, hélas, particulièrement efficace. Né à Ixelles en février 1961, l’artiste a commencé sa carrière à la police judiciaire dans les années ’80, à la section financière où il a rapidement fait des étincelles ! Il a été prié de remettre son flingue au placard, après son inculpation pour escroquerie !

Mais ce n’était qu’un incident de parcours, à l’aube d’une épopée héroïque. Car l’arnaque est un art dans lequel il va ensuite exceller pendant plus de 20 ans. Il n’a jamais pu résister au besoin irrépressible de rafler tout ce qui bouge “pour investir”, dit-il. Et il a même réussi à soutirer 250.000 euros à l’un de ses associés du garage Citroën de Châtelet, avant de partir avec la caisse. Il avait fait le même coup dans un autre garage qu’il dirigeait via des hommes de paille.

Car, cela va sans dire, un homme de loi, couvert par son serment, est un rien en délicatesse quand il cumule avec des activités dans le privé.

Mais, comme l’a souligné Me Michel Bouchat, l’un des avocats de l’associé à Châtelet, “toute considération morale lui passe au-dessus du chou !”.

Me Marc Guiot a, en effet, ratissé l’argent de ses clients partout. Sa peine est de 2 ans de prison ferme. Il doit rembourser près de 7 millions d’euros à ses victimes !

Jean-Pierre De Staercke

Bas Leinders.