Les coureurs de Vérandas Willems-Accent, 3e équipe belge de D2, sont soudés, conquérants et ambitieux

GAND La saison des défilés de haute couture bat son plein à Paris, mais hier, à Gand, à l’ombre du vénérable Kuipke, ce sont les managers de la formation Vérandas Willems-Accent qui ont présenté leur création et affiché leurs couleurs, dans une présentation très originale.

Le noir et blanc sera-t-il tendance dans les prochains mois ? Les dirigeants de la nouvelle et troisième équipe belge continentale pro, avec Crédit Agricole et Vlaanderen, en rêvent.

Jean-François Bourlart, le manager historique d’un grou- pe sportif qui n’a cessé de grandir depuis que le Hennuyer a repris, avec ses amis Jean-Marc Rossignon et Yves Lessens, le VC Ath, il y a une demi-douzaine d’années, et son nouveau partenaire, Bill Olivier, ce dernier manager administratif et financier, ont réussi en tout cas à attirer chez eux des coureurs de qualités pour renforcer un groupe qui n’en manquait déjà pas.

Avec un budget de 1.750.000 €, augmenté avec l’apport du nouveau sponsor, la société de travail temporaire Accent, qui a rejoint, à parts égales, les Vérandas Willems, l’équipe a pu construire un groupe bien armé.

“Nous avons d’abord cherché à conserver Stefan Van Dijk”, dit Bourlart. “Notre sprinter hollandais (NdlR : 4 victoires l’an dernier, mais surtout une 2e place au classement de l’EuropeTour et une 45e au classement CQ Ranking) car, malgré plusieurs sollicitations, il voulait rester. Ensuite, sans faire de folie, nous avons renforcé le groupe, avec les arrivées de Staf Scheirlinckx, de Steven Caethoeven, de Wim De Vocht et d’autres, pour en faire une équipe bien balancée, je crois.”

Dernier renfort en date, celui de Jurgen Van Goolen, laissé sur le carreau par Omega Pharma-Lotto, et qui trouve là une belle chance de se relancer.

“Je suis vraiment surpris et en bien par l’équipe”, dit Thierry Marichal, lequel reste, avec Jean-Marc Rossignon et, bien sûr, Lucien Van Impe, l’un des trois directeurs sportifs. “Tout a l’air de se mettre très bien en place. Nous sommes armés pour jouer notre rôle à notre niveau.”

Deux stages, l’un en Ardenne, l’autre, plus long, à Benidorm, ont soudé un groupe où il sera intéressant de suivre l’évolution de plusieurs éléments. Comme les deux jeunes Wallons, Thomas De Gand et Kevin Van Melsen, lesquels sont dans l’équipe depuis ses débuts, à l’image du Liégeois Grégory Habeaux. Ou comme le Luxembourgeois Jempy Drucker, bien désireux de prouver qu’il y a des coureurs grand-ducaux après les Schleck et Kirchen. Ou comme le prometteur Thomas Vernaeckt, un crossman passé à la route, sans parler du Sud-Africain Jaco Venter, 4e du Tour de l’Avenir 2009.

Enfin, Vérandas Willems-Accent recense en ses rangs un certain Rob Goris, pro à 28 ans, qui n’avait jamais roulé avant 2008, mais dont l’on sait déjà qu’il s’agit d’un vrai phénomène, physiquement et mentalement.

Eric de Falleur

Jurgen Van Goolen (à l’avant-plan) ou Staf Scheirlinckx, le deuxième dans la file, sont deux des coureurs sur lesquels l’équipe Vérandas Willems-Accent compte cette saison.