Ivica Jarakovic espère lancer

sa carrière au RWDM

MOLENBEEK Après trois saisons passées au sein de l'équipe réserve du voisin anderlechtois, le Yougoslave Ivica Jarakovic se sent prêt pour la division un.

Plutôt que de rester végéter dans le noyau B du Sporting, il m'a semblé plus opportun d'évoluer dans une formation de moindre calibre, mais où l'opportunité de jouer avec l'équipe première s'offrait réellement à moi. A Anderlecht, la concurrence était trop forte mais j'y ai acquis pas mal d'expérience.

Courtisé, notamment, par Westerlo, il y a quelques semaines encore, l'ex soutien d'attaque anderlechtois se félicite pourtant d'avoir opté pour le RWDM.

Molenbeek présentait de nombreux avantages à mes yeux. C'est un club géographiquement et historiquement sous le feu des médias. De plus, même s'il n'a bien entendu pas la prétention de rivaliser avec Anderlecht, il n'en demeure pas moins extrêmement professionnel. Je pense qu'avec des personnages aussi connus que Jean-Marie Pfaff et des dirigeants aussi dynamiques et volontaires que ceux du RWDM, le club ne peut être que promis à un bel avenir. Dès lors, je ne considère vraiment pas mon passage à Molenbeek comme un pas en arrière.

Et ce même s'il sait qu'en optant pour Westerlo, il aurait eu la chance de pouvoir officier en Coupe d'Europe.

Ce n'est pas réellement ma priorité à l'heure actuelle! Même si je viens d'Anderlecht, je ne dois pas oublier que je dois encore tout prouver en première division. De surcroît, même si je n'ai encore passé que très peu de temps avec mes nouveaux partenaires, j'ai déjà pu constater que notre noyau ne manque vraiment pas de talent. Tout le monde nous pointe volontiers comme candidat à la descente mais je pense que c'est un peu tôt pour effectuer des pronostics. J'ai d'ailleurs déjà pu remarquer que le championnat belge reste longtemps indécis et qu'une succession de bons matches peut faire d'un club un candidat à l'Europe, tout comme deux ou trois revers d'affilée peuvent obliger une équipe ambitieuse à revoir ses prétentions à la baisse. Alors, pourquoi n'appartiendrions-nous pas à cette première catégorie?

Ivica Jarakovic ne s'en cache pas. S'il est venu au RWDM, c'est dans le secret espoir de crever l'écran et de lancer, enfin, sa carrière. Ses débuts se sont d'ailleurs déroulés sous les meilleurs auspices puisqu'à l'occasion de sa première titularisation, face au FAR Rabat, il a inscrit son premier but, ouvrant du même coup la voie du succès à son équipe. Gageons qu'il mettra tout en oeuvre ce samedi, pour en faire de même face à Charleroi.

Restons cependant les pieds sur terre, empère-t-il. Je manque encore de rythme et d'automatisme avec mes nouveaux coéquipiers. Avant le match contre les Marocains, je n'avais qu'un seul entraînement dans les jambes. Je ne pense dès lors pas pouvoir revendiquer quoi que ce soit pour l'instant mais j'espère bien évidemment être de la partie contre les Carolos .

Présenté un peu hâtivement comme le buteur providentiel, Ivica Jarakovic n'est certes pas maladroit en zone de conclusion, mais tient cependant à se départir de cette image.

Je suis davantage un soutien d'attaque, un joueur capable d'effectuer la dernière passe mais je ne pense pas pour autant être maladroit en zone de conclusion...