BRUXELLES Après un demi-siècle de présence dans les pelotons (il a notamment été directeur sportif de La Redoute, de Lotto, de Hitachi, de Chocolats Jacques et de Jartazi), Jef Braeckevelt ne sera plus directeur sportif l’an prochain. “J’avais encore un contrat chez Katusha, mais nous avons décidé de le résilier d’un commun accord”, explique cette figure bien connue du cyclisme. “Il y a une nouvelle stratégie chez Katusha (NdlR : avec l’arrivée d’un nouveau manager, l’ancien boss de Gerolsteiner Holzer, qui relaie Andrei Tchmil, qui, lui, tout en restant actif au sein de l’équipe russe, veut se concentrer sur la présidence de l’Union cycliste européenne – avant celle de l’UCI ? –). Nouveau patron, nouvelles règles : j’aurais dû couvrir des courses en Australie ou en Chine. J’ai 68 ans et les longs voyages ne me disent vraiment plus rien.” Mais Jef Braeckevelt compte encore aider son ami Andreï Tchmil dans les nouveaux projets de ce dernier.

J. Gil.