Kizz Me coupe les ailes de Duval

Publié le - Mis à jour le

Fin de saison compromise pour le Belge, lâché par son sponsor

TRÈVES François Duval disputera-t-il, cette fin de semaine en Allemagne, son dernier rallye mondial de l'année aux commandes de sa Skoda Fabia WRC First ? On est en droit de se poser la question. La présence de notre compatriote au départ du Deutschland relève déjà du miracle. Et n'est due qu'aux efforts conjoints de Skoda Motorsport et de Skoda Belgium pour réunir les deniers nécessaires à sa participation. Mais fin de semaine dernière, l'équi- pe cherchait encore des partenaires pour payer... son hôtel ! Et hier, First, dans une situation financière très précaire, bradait les derniers stickers sur sa voiture.

Comment l'écurie andennaise de Willy Collignon en est-elle arrivée là ? Tout simplement après avoir été grugée par la marque de boissons énergétiques Kizz Me ou plutôt l'un de ses plus hauts dirigeants, plus beau parleur que payeur. Ainsi, sur les quelque 800.000 € (pour dix manches) que prévoyait le contrat passé entre le team de Duval et la société panaméenne Chine Side légalement mandatée par le représentant de Kizz Me Fabien Sergeant, seul l'acompte de 90.000 a été payé pour les cinq premières manches mondiales. La patience de Willy Collignon, en grande difficulté après s'être déjà pris un bouillon de 300.000 € l'an dernier suite à la rupture de contrat de Subaru France (l'affaire doit être jugée le 26 septembre prochain), a toutefois des limites. Et lorsqu'il a exigé que ses factures soient honorées, on lui a annoncé voici quelques semaines que Kizz Me venait justement d'être racheté. Sur le nouveau site de la marque, on peut lire que le nouveau directeur est Fons Martens (et son directeur commercial un certain Fabien Sergeant !), de la brasserie du même nom à Bocholt. Ce que ce dernier, contacté hier, nie formellement. "Moi le directeur ? Jamais de la vie. Nous n'avons accepté qu'un contrat de producteur et de distributeur. Mais si cela commence comme cela, cela va être vite terminé. Nous sommes une société honorable..."

Le soi-disant nouveau propriétaire est donc fantôme... "L'affaire est désormais entre les mains de mon avocat", explique Willy Collignon qui, après avoir appris, voici tout juste quinze jours, que le repreneur n'honorerait pas le contrat, a été victime d'un malaise cardiaque. "J'ai déjà effectué une saisie provisoire. J'ai un dossier en béton. Et d'autres actions en justice vont suivre. On ne peut pas faire ce genre de chose."

En attendant, la fin de saison de François Duval s'est assombrie. Des cinq épreuves encore initialement prévues à son programme 2006, deux ont déjà été définitivement supprimées : la Finlande et Chypre, les terrains sur lesquels la Skoda avait le moins de chance de briller. "On cherche toujours une solution pour encore faire la Turquie et l'Angleterre", poursuit le patron d'une équipe First cherchant un associé du style de Jean-Pierre Mondron chez Kronos, un passionné qui aurait les reins assez solides financièrement pour encaisser ce type de choc. "Pour l'instant, grâce au dynamisme de l'usine et de l'importateur qui me soutiennent à fond et avec lesquels j'espère poursuivre ma collaboration en 2007, je possède le budget pour aligner la voiture. Je dois encore trouver des partenaires pour les frais annexes. Pourquoi le RACB ne prendrait-il pas par exemple les engagements en charge pour son champion ?"

Une chose est certaine : à l'heure de prendre le départ du Deutschland aux commandes d'une Fabia quasi vierge de tout sponsor, François Duval doit aujourd'hui se mordre les doigts d'avoir laissé tomber la marque emblématique Red Bull pour les promesses de dons d'un concurrent bluffeur lui coupant aujourd'hui un peu plus les ailes...

Olivier de Wilde

Si François Duval sera bien au départ du Rallye d'Allemagne ce vendredi, il ne défendra plus les couleurs de Kizz Me. ()

Publicité clickBoxBanner