Le festival a encore pris de l’ampleur pour sa quatrième édition

MUSIQUE HOTTON Elle n’est encore qu’un enchevêtrement de barres métalliques. D’ici à vendredi, le public n’y verra plus rien. Ou plutôt si : la scène du festival LaSemo, à Hotton, sera opérationnelle pour accueillir les premiers groupes. La quatrième édition – du 8 au 10 juillet – se prépare activement, en ce mercredi matin.

Depuis sa naissance , l’événement a bien grandi. Les organisateurs attendent quinze mille personnes durant les trois jours, pour écouter Daan, Tryo, Été 67, Goran Bregovic… L’île de l’Oneux, ce site enchanteur coincé entre les bras de l’Ourthe, se transforme petit à petit.

À tous les coins de la plaine, ça s’active. L’équipe maintient, depuis le début du festival, une certaine philosophie : elle a fait de LaSemo un rendez-vous estampillé “durable ”. Bref, derrière chaque choix, derrière chaque aménagement, il existe une volonté de ne pas vivre le festival comme un simple lieu de consommation de musique. Une des ambitions est de réduire l’empreinte carbone de chacun, durant La Semo mais aussi à travers des gestes au quotidien.

Le festival joue, ce n’est pas un secret, la carte de la récupération. Maude Piette a accumulé des petites richesses, tout au long de l’année. Tables, chaises, armoires, etc., soit des matériaux pour embellir le site et améliorer son confort. “Même du mobilier déjà utilisé l’année précédente, on lui redonne une nouvelle vie, avec de la peinture, par exemple”. Si, tout au long de l’année, quarante personnes travaillent activement, 500 bénévoles se relaieront ce week-end. www.lasemo.be

N. Dz

Les préparatifs vont bon train.N. Dz