BRUXELLES Créée voici 130 ans, la Compagnie intercommunale bruxelloise des eaux (Cibe) n'est plus. Cette intercommunale traitant de la gestion des eaux des Bruxellois et, plus largement, d'un cinquième de la population belge, s'appelle désormais Vivaqua. L'intercommunale a distribué plusieurs milliers d'aqua-packs hier à Bruxelles histoire de marquer le coup. La perte d'identité bruxelloise a, semble-t-il, fait grincé quelques dents au conseil d'administration de l'ex-Cibe. Mais le nouveau nom est passé. Pour deux raisons explique la directrice générale de Vivaqua : "Nous étions un peu à l'étroit avec le qualificatif bruxellois. Nos activités dépassent largement les frontières régionales." De fait, Vivaqua exploite et entretient le réseau d'égouttage de six communes en Flandre. Elle vient aussi de décrocher le contrat avec la Biac, l'exploitant de l'aéroport de Zaventem et s'est rapprochée de l'intercommunale liégeoise. "Que les Bruxellois ne se méprennent pas, il ne s'agit pas du tout d'un rejet de nos activités dans la région", poursuit Christiane Franck. "Mais, et c'est la deuxième raison, nous avions le sentiment que le Cibe était un peu vieillot, comme une belle et vieille dame", à qui il manquait un sérieux lifting. Lifting qui aura tout de même coûté 100.000 euros en prestations externes, les efforts entrepris au sein de l'intercommunale n'étant pas comptabilisés. "Une goutte d'eau dans le chiffre d'affaires de Vivaqua (184,3 millions d'euros en 2005, NDLR)", rétorque la directrice dans notre nom via nos activités largement au-delà de la simple Région bruxelloise...

M. L.