Entre 1953 et 1963, une liaison quotidienne reliait Liège à Bruxelles

Liège a encore son héliport, boulevard Frère Orban. Le restaurant de prestige qui s’y trouve aujourd’hui était naguère une aérogare ouverte par la Sabena. Il y en avait une autre sur l’Allée Verte à Bruxelles. Où on croise encore une Avenue de l’Héliport.

Dès le 1er septembre 1953, la Sabena inaugurait une flotte d’hélicoptères pour acheminer le courrier mais aussi un maximum de sept passagers vers des villes trop proches pour des vols en avion. Deux départs quotidiens vers Lille; trois vers Anvers puis Rotterdam; un vers Liège, Maastricht, Cologne et Bonn.

De l’Allée Verte, les clients de la Sabena étaient transportés en sept minutes vers l’aéroport d’alors, à Melsbroek.

Le transport n’était guère confortable et, à l’embarquement, les passagers recevaient un chewing-gum et deux petites boules à se mettre dans les oreilles. Néanmoins, le service donna satisfaction à ce point qu’en 1956, la Sabena investissait dans l’achat de nouveaux hélicoptères, plus silencieux et modernes, des Sikorski S58. Ici, on pouvait accueillir douze passagers répartis dans deux cabines. Ils étaient assis face-à-face comme dans un train.

En 1956, une ligne Bruxelles-Paris était inaugurée. Un trajet de 1 heure 45 à une époque où le train reliait les deux capitales en 2 heures 53.

Un autre héliport fut construit dans le village de l’Expo 58. Il permit d’accueillir 15.000 passagers et offrit 65.000 baptêmes de l’air en hélicoptère.

Le 4 novembre 1958, un hélicoptère de la Sabena permit de sauver la vie de deux employés coincés dans une tour de contrôle en feu de l’aéroport de Zaventem qui venait d’être inauguré.

La concurrence du train, de plus en plus performant, puis la perspective des autoroutes, eurent raison de cette flotte. Les vols furent suspendus en juin 1963 et, en novembre 1966, la Sabena cessa de posséder des hélicoptères.

Le Sikorski S58 de la Sabena transportait douze passagers. Notamment entre Liège et Bruxelles. sabena