Illustres Wallons en trompe-l'oeil dans les Jardins du Mayeur

NAMUR C'était depuis 20 ans, un vrai coup de poing dans le paysage des Jardins du Mayeur: ce mur aveugle de 330 m2 assez sale, garni de trois grandes cheminées d'aération du parking souterrain. D'où l'idée de la ville de rehausser la façade d'une grande peinture murale en trompe-l'oeil réalisée par les artistes de la Cité de la Création avec l'appui de deux jeunes des Beaux-Arts de Namur. Sorte de livre d'histoire régional à ciel ouvert et en grandeur nature.

Ça y est, la fresque est terminée et a dévoilé hier ses charmes. Et le résultat est magnifique: des couleurs chatoyantes, lumineuses, une impression chaleureuse et familière.

Pour l'heure, la fresque comporte quelque 250 références aux illustres Wallons. Impossible de dessiner 250 personnages, cela va sans dire. Le projet a ceci d'original que certaines personnalités sont évoquées par le biais d'un détail. Exemples: une face de CD pour Adamo, une photo de métro pour Edouard Empain, une statuette pour Godefroid de Bouillon, une colombe pour Magritte, une raquette pour Jean-Michel Saive. D'autres figures apparaissent en revanche sur pied: François Bovesse, Blanche de Namur, la macralle, Ernest Solvay, les Echasseurs, Justine Henin ou encore Georges Simenon, le Père Pire et le peintre Albert Dandoy.

Le premier niveau de la fresque représente un décor de vitrines commerciales et de fenêtres urbaines thématiques (sports, variétés, cinéma et folklore à gauche; histoire ancienne, contemporaine, sciences techniques et industries au centre gauche; littérature, poésie, BD, peinture, musique et arts plastiques au centre droit; épiceries et produits du terroir à droite). Ici, Le Bon Usage évoquant Grévisse, là un verre de confiture Materne, plus loin une boîte de caramels Biétrumé Picard: autant de clins d'oeil qui confèrent à l'ensemble un air familier et intime.

«Une ville doit se permettre des oeuvres d'art, surtout quand elles sont populaires et publiques, comme celle-ci, commente Jean-Louis Close, l'échevin du Patrimoine, qui est à l'origine du projet. De plus, cette oeuvre est ludique et éducative et j'espère touristique. Nous avons voulu un équilibre subtil entre les grands hommes Wallons et des références qui concernent davantage les jeunes. Certaines personnalités wallonnes évoquées sont méconnues (qui par exemple connaît encore un certain Jadot qui a construit des chemins de fer en Chine?). Cette fresque nous donne des repères, sans tomber dans l'ex cathedra, le scolaire et nous rend fiers d'être Wallons.»

A noter que la fresque des Wallons sera évolutive. Des espaces resteront vierges, ce qui permettra d'y ajouter de nouveaux personnages. Le coût global s'élève à 150.000€.

© La Dernière Heure 2004