Le 101e Giro a été marqué par les défaillances. Plus ou moins bien gérées par ceux qui les ont subies