6 heures par jour. Telle est le temps que Régine Salens consacre à son blog Noblesse et Royautés qu’elle dirige d’une plume de maître depuis trois années. Un site qu’elle bichonne d’autant plus qu’il comptabilise près de 20.000 clics par jour en moyenne.

“La majorité des pages dédiées à la monarchie se déclinent sous forme de forum… J’ai plutôt opté pour la formule blog”, explique-t-elle. Un choix judicieux pour le plaisir des passionnés. Si le mariage de Victoria de Suède avait fait grimper les clics jusqu’à 40.000… celui de Kate et William risque d’avoir déchaîné les souris d’ordinateur.

Entre le monde royal et Régine Salens, la passion s’est déclarée très jeune. “Mon premier grand souvenir en la matière était justement l’union de Charles et Diana en 1981”, avoue-t-elle. Depuis son attachement à la famille royale de Grande-Bretagne reste singulier, même si elle ne délaisse pas pour autant les autres têtes couronnées. “Je poste 4 à 10 articles par jour et veille en ce moment à couvrir toutes les actualités”, affirme-t-elle.

Professionnelle, Régine Salens consulte quotidiennement plusieurs journaux spécialisés de presse étrangère via une trentaine de sites internet. “Je me lève deux heures plus tôt pour cette revue de presse”, avoue-t-elle. Discrète, sa passion demeure secrète pour la plupart de son entourage. “Je n’en ai jamais fait état car je mène cette activité pour mon plaisir”, poursuit-elle.

Néanmoins, le mystère fut percé par bon nombre de ses collègues notamment, puisque Régine Salens a été contactée par la RTBF pour commenter en direct le mariage princier. “J’avais déjà été contactée précédemment par l’émission C’est du belge et j’en avais alors profité pour glisser que j’aimerais qu’on me contacte pour un mariage royal”, raconte la spécialiste.

Aux côtés de Thomas Van Hamme, Francis Ballace ou encore Gérald Wathelet, Régine Salens a tenu le micro pendant plus de 4 heures… Avant l’événement, une petite appréhension se dessinait sur son visage mais s’estompait facilement lorsque sa maîtrise du sujet reprenait le dessus. “Je ne réalise pas que j’ai donné plusieurs coups de voix dans le micro pour le mariage du siècle”, conclut-elle.

F. L.

”Je découpais des photos dans les magazines lorsque j’étais enfant, je conservais même les numéros spéciaux”, confie Régine Salens. D.R.