Près de 10 ans après Greg,le millionnaire, Greg Basso nous parle de ses projets

SOIRÉES BRUXELLES Il y a une vie après la télé-réalité. Greg Basso – qui fut, le temps d’un été, Greg, le millionnaire, sur TF1 – le prouve. Après avoir organisé des soirées à Paris et Ibiza, il débarque à Bruxelles, dès ce vendredi, avec la soirée Dos Bandidos, à L’Axess. Nous l’avons rencontré à Bruxelles où il envisage déjà – si un projet professionnel se concrétise, à savoir l’ouverture d’une nouvelle boîte de nuit ! – de s’installer. Avec nous, il évoque tous ses projets. Rencontre avec un mec simple, drôle et vraiment sympa, loin de l’image que certains médias ont voulu lui donner.Vous avez tourné dans une série télévisée. De quoi s’agit-il ?

“C’est une série franco-américaine, adaptée de la bande dessinée Métal Hurlant. C’est entre Gladiator et Spartacus. Elle sera diffusée sur Canal+ ou sur M6. Elle est déjà vendue à 45 pays dans le monde.”

Vous abandonnez donc la chanson ? Il y a quelques années, vous aviez pourtant sorti votre propre album !

“Je chante, mais je chante à l’étranger. En France, le métier me critique. Aux États-Unis, mon titre Sex Appeal est diffusé depuis plus d’un an ! En France, ça dérange le métier que j’ai fait de la télé-réalité. Si j’avais fait la Star Ac‘, je n’aurais pas eu tous ces problèmes.”

Vous regrettez parfois votre participation à Greg, le millionnaire ?

“Pas du tout. Si je n’y avais pas participé, je ne serais pas là où je suis. Aujourd’hui, j’ai une vie agréable, je voyage, je rencontre de gens qui sont sympas avec moi… Je vis comme tout le monde, je fais mes courses au supermarché.”

Vous pensez avoir bien géré l’après-Greg, le millionnaire ?

“Je pense. Je suis heureux d’être encore là. Ce n’est pas le cas de beaucoup de gens de la télé-réalité.”

Comment expliquez-vous que vous ayez bien vécu votre médiatisation ?

“Quand j’ai participé à cette émission, j’avais 29 ans, et je sortais de 3 ans de prison. La vie, je la connaissais. Les autres, ce sont des gamins de 20 ans, qui ont des étoiles dans les yeux, et qui ne rêvent que de devenir des stars.”

Que vous inspirent les nombreuses tentatives de suicide de Loana ?

“Je la connais bien. C’est une fille bien ! Elle est très mal entourée et son entourage a beaucoup profité d’elle.”

Elle est fragile ?

“Elle est très fragile. Et puis, je pense qu’elle a beaucoup abusé de la cocaïne. Et ça n’a pas aidé à consolider son caractère et sa santé. Aujourd’hui, elle se retrouve toute seule et mal accompagnée. C’est une gentille fille. Ça me fait de la peine de voir ce qu’elle est devenue !”

Personne ne peut l’aider ?

“Pour l’aider, il faut qu’elle en ait envie. Il faut qu’elle vire son entourage qui lui est néfaste. Mais pour ça, il faudrait qu’elle s’en rende compte !”

Quel regard portez-vous sur la téléréalité telle qu’elle est fabriquée et diffusée aujourd’hui ?

“Il y a un problème avec la télé-réalité en France. Les chaînes font trop de trash. Greg, le millionnaire n’était ni trash ni vulgaire. C’était de l’humour, du romantique. Il ne faut pas croire que les gens aiment le trash. Les gens regardent ce que les chaînes de télé leur donnent.”

Au quotidien, êtes-vous marié, père de famille ?

“J’aimerais beaucoup. Je vais avoir 38 ans. Je suis célibataire depuis un peu plus d’un an. J’espère trouver l’amour en Belgique. Ce qui est dommage, c’est que ma notoriété fait peur à certaines femmes. Elles me le disent !”

Rencontre > Nicolas Dewaelheyns

en savoir plus Soirée Dos Bandidos , ce vendedi 13 avril dès 23 heures à L’Axess, Tour&Taxis, avenue du Port, 86C, 1000 Bruxelles.

Avec son ami David, il va réveiller les nuits bruxelloises. Et il espère trouver l’amour en Belgique.dr