Il a adressé une lettre au secrétaire communal et à la bourgmestre

FLÉMALLE Le 19 décembre dernier, la bourgmestre de Flémalle, Isabelle Simonis, lui retirait ses attributions au sein du collège. Ceci s'est fait à la demande du bureau de l'USC (Union socialiste communale), qui en avait décidé ainsi à l'unanimité. Et ce, à la suite d'un différend au cours duquel l'échevin avait frappé la bourgmestre ainsi que le responsable du service des Affaires économiques.

Marc Lafontaine, ex-échevin des Affaires économiques, n'avait pas souhaité s'exprimer. Une réserve qu'il justifiait par "le caractère strictement privé du différend qui m'a opposé à la bourgmestre et à M. Lenaerts et par le respect de la justice et du droit".

Mais il a bien réfléchi et a finalement décidé d'adresser sa démission, pour son mandat d'échevin, au secrétaire communal et à la bourgmestre. Lettre qu'il a envoyée ce 24 décembre, "en toute sérénité et sans aucune pression de quiconque", dit-il.

"Cette lourde décision que je m'impose m'est dictée par la dignité que j'entends conserver au regard de mes enfants, de ma famille, de mes proches et des citoyens flémallois qui m'ont toujours fait confiance", souligne-t-il. "Je poursuivrai, en qualité de conseiller communal, mon travail au quotidien, proche de ma commune et de ses habitants."

Quant à l'incident en question, qu'il dit regrettable, Marc Lafontaine tient à signaler qu'il n'a, jusqu'à ce jour, fait l'objet d'aucune audition d'une quelconque autorité de police ou judiciaire. Ne cherchant pas à fuir ses responsabilités, il n'hésite pas, malgré tout, à dire qu'il s'agit de "flagrantes manœuvres politiques aux fins de remplacer les uns par les autres en dehors des échéances électorales".

Jessica Defgnée

Photo prise en 2006 lorsque la bourgmestre de Flémalle a présenté son collège. Marc Lafontaine est situé en troisième position, en partant de la droite.