Ses parents ont attendu 16 ans avant de savoir

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE C'était le 3 août 1988. À Châlons-en-Champagne. Fourniret circule dans sa camionnette. À côté de lui, sa femme, Monique Olivier.

Selon l'éternel stratège, Fourniret accoste la jeune fille, sur parking, prétextant l'urgence d'être emmené chez un médecin pour soigner son enfant prétendument malade.

Comme n'importe qui le ferait, Fabienne Leroy accepte et monte dans la camionnette pour indiquer le chemin à suivre. Mais Fourniret bifurque rapidement et emprunte une portion boisée.

Il ordonne à sa femme de s'éloigner de la camionnette. Elle s'exécute. Fourniret viole alors la jeune femme. Puis, il abat Fabienne à bout touchant, à l'aide d'un canon scié.

Le lendemain, on retrouve le corps. Fourniret s'est engagé sur un domaine militaire, le camp de Mourmelon. Ce plan est prémédité. On retrouve le corps d'une jeune femme, abattue par balles. Très vite, elle est identifiée comme étant Fabienne Leroy.

Fabienne travaillait comme stagiaire dans les laboratoires des usines Henkel à Châlons-en-Champagne. La veille, un jeune collègue avait d'ailleurs signalé son absence. Et ce jeune homme deviendra le premier suspect.

Ses déclarations avaient paru peu cohérentes. Il était fortement soupçonné. Il a même fait un peu de prison.

Les avocats des parents de Fabienne avaient prévenu que les charges étaient faibles. Et pour cause, ce jeune homme était bel et bien innocent.

Pendant plus de 16 ans, les parents de Fabienne sont restés dans l'inconnu, sans savoir qui et pourquoi on avait tué leur fille. Un atroce sentiment d'impunité, mêlé à de l'incompréhension et bien entendu de la révolte.

Et à chaque fois qu'un criminel était arrêté, les parents de Fabienne se demandaient si ce criminel n'avait pas pu tuer aussi leur fille.

Mais à chaque fois, cette hypothèse était rapidement écartée.

Finalement, lorsque Fourniret a été arrêté, ces parents ont appris qu'il avait utilisé de la corde pour attacher les mains de sa victime. Cela les a frappés. Fabienne avait aussi eu les mains attachées.

Fourniret était bel et bien le tueur de Fabienne. Seize ans plus tard, les parents ont su, enfin su.

Ph. B.

Ses parents ont attendu 16 ans avant de savoir

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE C'était le 3 août 1988. À Châlons-en-Champagne. Fourniret circule dans sa camionnette. À côté de lui, sa femme, Monique Olivier.

Selon l'éternel stratège, Fourniret accoste la jeune fille, sur parking, prétextant l'urgence d'être emmené chez un médecin pour soigner leur enfant prétendument malade.

Comme n'importe qui le ferait, Fabienne Leroy accepte et monte dans la camionnette pour indiquer le chemin à suivre.

Mais Fourniret bifurque rapidement et emprunte une portion boisée.

Il ordonne à sa femme de s'éloigner de la camionnette. Elle s'exécute. Fourniret viole alors la jeune femme. Puis, il abat Fabienne à bout touchant, à l'aide d'un canon scié.

Le lendemain, on retrouve le corps. Fourniret s'est engagé dans un camp militaire, le camp militaire de Mourmelon. Ce plan est prémédité. On retrouve le corps d'une jeune femme, abattue par balles. Très vite, elle est identifiée comme étant Fabienne Leroy.

Fabienne travaillait comme stagiaire dans les laboratoires des usines Henkel à Châlons-en-Champagne. La veille, un jeune collègue avait d'ailleurs signalé son absence. Et ce jeune homme deviendra d'ailleurs le premier suspect.

Ses déclarations avaient paru peu cohérentes. Il était fortement soupçonné, d'ailleurs, il a même fait un peu de prison.

Finalement, il a été relâché. Les avocats des parents de Fabienne avaient prévenu que les charges étaient faibles. Et pour cause, ce jeune homme était bel et bien innocent.

Pendant plus de 16 ans, les parents de Fabienne sont restés dans l'inconnu, sans savoir qui et pourquoi on avait tué leur fille. Un atroce sentiment d'impunité, mêlé à de l'incompréhension et bien entendu de la révolte.

Et à chaque fois qu'un criminel était arrêté, les parents de Fabienne se demandaient si ce criminel n'avait pas pu tuer aussi leur fille.

Mais à chaque fois, cette hypothèse était rapidement écartée.

Finalement, lorsque Fourniret a été arrêté, les parents de Fabienne ont appris qu'il avait utilisé de la corde pour attacher les mains de sa victime. Cela les a frappés. Fabienne avait aussi eu les mains attachées.

Fourniret était bel et bien le tueur de Fabienne. Seize ans plus tard, les parents ont su, enfin su.

Ses parents ont attendu 16 ans avant de savoir

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE C'était le 3 août 1988. À Châlons-en-Champagne. Fourniret circule dans sa camionnette. À côté de lui, sa femme, Monique Olivier.

Selon l'éternel stratège, Fourniret accoste la jeune fille, sur parking, prétextant l'urgence d'être emmené chez un médecin pour soigner leur enfant prétendument malade.

Comme n'importe qui le ferait, Fabienne Leroy accepte et monte dans la camionnette pour indiquer le chemin à suivre.

Mais Fourniret bifurque rapidement et emprunte une portion boisée.

Il ordonne à sa femme de s'éloigner de la camionnette. Elle s'exécute. Fourniret viole alors la jeune femme. Puis, il abat Fabienne à bout touchant, à l'aide d'un canon scié.

Le lendemain, on retrouve le corps. Fourniret s'est engagé dans un camp militaire, le camp militaire de Mourmelon. Ce plan est prémédité. On retrouve le corps d'une jeune femme, abattue par balles. Très vite, elle est identifiée comme étant Fabienne Leroy.

Fabienne travaillait comme stagiaire dans les laboratoires des usines Henkel à Châlons-en-Champagne. La veille, un jeune collègue avait d'ailleurs signalé son absence. Et ce jeune homme deviendra d'ailleurs le premier suspect.

Ses déclarations avaient paru peu cohérentes. Il était fortement soupçonné, d'ailleurs, il a même fait un peu de prison.

Finalement, il a été relâché. Les avocats des parents de Fabienne avaient prévenu que les charges étaient faibles. Et pour cause, ce jeune homme était bel et bien innocent.

Pendant plus de 16 ans, les parents de Fabienne sont restés dans l'inconnu, sans savoir qui et pourquoi on avait tué leur fille. Un atroce sentiment d'impunité, mêlé à de l'incompréhension et bien entendu de la révolte.

Et à chaque fois qu'un criminel était arrêté, les parents de Fabienne se demandaient si ce criminel n'avait pas pu tuer aussi leur fille.

Mais à chaque fois, cette hypothèse était rapidement écartée.

Finalement, lorsque Fourniret a été arrêté, les parents de Fabienne ont appris qu'il avait utilisé de la corde pour attacher les mains de sa victime. Cela les a frappés. Fabienne avait aussi eu les mains attachées.

Fourniret était bel et bien le tueur de Fabienne. Seize ans plus tard, les parents ont su, enfin su.

Comme les autres jeunes filles enlevées, violées et tuées par Fourniret, Fabienne Leroy a été accostée par le tueur et sa compagne sous prétexte qu'ils cherchaient un médecin pour leur enfant malade. (afp)