Le bœuf de Kobé ou Wagyu peut s'acheter chez nous, à 75 € le kilo

BRUXELLES L'année passée, on trouvait encore ce bœuf d'exception chez Delhaize à environ 90 € le kilo mais, pour ces fêtes, confirme la porte-parole, "on a pris la décision d'offrir des denrées à des prix plus abordables". De fait, le prix du Wagyu avait encore augmenté chez les grossistes, et comme la crise amenait à lancer du foie gras et du homard premier prix, c'était ramer à contre-courant que d'offrir en boucherie une pièce de bœuf au prix du caviar !

Qu'a donc de différent cette viande-là ? Elle est tout simplement légendaire, "elle fond dans la bouche et caresse le palais", disent les amateurs, dont de grands chefs étoilés. Pour l'avoir goûtée, nous confirmons.

Ces bœufs, précisons-le, ne sont pas considérés comme des animaux de boucherie mais comme des bêtes à chouchouter et engraisser pendant trois ans au moins. Dans les meilleures conditions, avec massage et musique douce s'il le faut.

La nourriture ? Tenue jalousement secrète, mais servie à heures fixes. Il se dit qu'on y introduit de la bière. Ce sont les Japonais, à Kobé, qui ont lancé l'élevage. Un Belge installé en France, depuis un an, produit à succès du Wagyu. Le second élevage d'Europe. Les 500 g de steak sont proposés pour 79 €.

À Bruxelles, un boucher -grossiste, Van Engelandt, à Anderlecht, a pour sa part commandé 100 kilos de ce caviar à l'unique importateur du pays, Arne Van Biesen, à Meer. Ici, les quartiers arrivent frais d'Australie, par avion. "Chaque mois, deux tonnes. Et depuis 8 ans, les quantités augmentent. Il y a une clientèle pour ça, malgré la crise."

Chez Van Engelandt, les 100 kilos sont en tout cas quasiment écoulés, 75 € le kilo de filet pur, 72 € le contrefilet ou l'entrecôte. M. Van Bisen, qui s'est déjà rendu en Australie, explique que ces bœufs de Kobé sont vraiment "soignés aux petits oignons". Il faut 36 mois pour amener la bête à maturité, le double du temps normalement imparti !

N. F.

Selon les amateurs, dont de grands chefs étoilés, le bœuf de Kobé fond dans la bouche et caresse le palais...