L’ULB est associée à la découverte du gène responsable de l’épilepsie focale. En effet, une équipe de trente chercheurs canadiens, australiens et européens, dont des scientifiques belges de l’ULB (le professeur Massimo Pandolfo) sont parvenus à isoler le gène, connu scientifiquement sous le nom de gène DEPDC5, provocant cette forme légère d’épilepsie.

Souvent associée à une lésion cérébrale ou au développement d’une tumeur cérébrale, l’épilepsie focale (ou partielle) est une crise neurologique qui peut désorganiser partiellement certaines zones du cortex cérébral. Dans la plupart des cas, la victime ressent des contractions et une paralysie d’un membre ou de la moitié du corps.

En cas de crise partielle, la personne atteinte de cette crise peut perdre connaissance ou subir une altération de la conscience. Le gène DEPDC a été identifié chez des malades sans antécédent familial, alors que précédemment, un gène avait déjà été identifié pour des épilepsies familiales rares.

Cette forme d’épilepsie toucherait 60 % des personnes atteintes de crises épileptiques. Mais avec cette nouvelle découverte, les chercheurs sont parvenus à expliquer. Les études sur ce nouveau gène vont se poursuivre afin de connaître toutes les causes de l’épilepsie et d’améliorer les soins cliniques aux patients, dont certains présentent une cause génétique et leur éviter de subir d’autres examens cliniques.

N.Fr.