Pour peu, le nouveau tandem de Votez pour moi a failli s’appeler... Leborgne et Leveugle ! On ne rigole pas, Leveugle est, en effet, le vrai nom d’André Lamy. Ce qui est sûr, par contre, c’est que l’arrivée d’Olivier Leborgne, acteur de talent que les auditeurs de Bel RTL connaissent déjà sous le nom de Jim Leborgne grâce au Triangle des Bermudas, n’était pas du tout prévue au départ. En juin dernier, lorsque duBus avait annoncé son intention d’arrêter l’émission, RTL lui avait choisi très vite un successeur en la personne de Xavier Diskeuve, journaliste et cinéaste, qui écrivait déjà une partie des textes de la séquence satirique.

Xavier Diskeuve s’était d’ailleurs directement retrouvé plongé dans le bain, puisqu’il a donné d’emblée la réplique à Lamy pour une version estivale de Votez pour moi. Mais l’expérience s’est arrêtée après 25 numéros. Il est très vite apparu que si Diskeuve a une plume acérée idéale pour l’émission, sa voix par contre ne passe pas suffisamment bien à l’antenne. Le ton était trop morne, trop artificiel. On ne retrouvait pas ces échanges dignes d’une partie de ping-pong qu’on avait entre duBus et Lamy. Finalement, Xavier Diskeuve continuera bien d’écrire les sketches de Votez pour moi, mais il restera dans l’ombre, laissant donc sa place derrière le micro à Olivier Leborgne.

“J’ai moi-même suggéré qu’on mette quelqu’un d’autre à l’antenne”, explique Diskeuve. “Il fallait que l’émission garde un très haut niveau. Mais je sentais que derrière le micro, j’étais trop terne. Je ne voulais pas faire baisser le niveau du programme. J’ai donc proposé qu’on engage un comédien. Je suis bien sûr un peu déçu, mais on ne sait pas tout faire. Je suis journaliste et cinéaste, pas acteur. Quand je tourne un film, je ne joue pas dedans.”

Mais comment le choix s’est-il porté sur Leborgne ? “Il a couché avec duBus”, lance André Lamy. “Non, non, c’est avec toi que j’ai couché”, lui rétorque son nouveau comparse d’antenne. Plus sérieusement, un casting a été organisé par RTL et Olivier Leborgne est très vite sorti du lot. “Même si on n’a jamais travaillé ensemble, je le connais depuis 20 ans, depuis qu’il a fait de la ligue d’impro”, explique Lamy. “J’ai toujours trouvé qu’il avait du talent. Je l’ai poussé à faire du one-man-show. Je suis sûr que ça se passera bien entre nous. Et si ça ne colle pas, on essaiera que ça ne s’entende pas à l’antenne. On se détestera en coulisses.” (Rires)

Olivier Leborgne, en tout cas, compte remplir sa mission avec toute la tchatche qu’on lui connaît. “Pour moi, c’est un rôle, comme lorsque je joue une pièce. C’est mon métier. Ici, j’interprète le journaliste qui interviewe les politiques. Tout s’est en tout cas passé très vite. C’était juste après le 15 août. J’ai passé le casting un mardi et le vendredi, on me retéléphonait pour me dire que j’étais choisi.”

Reste que le cadeau pourrait bien se révéler empoisonné, puisqu’on le comparera forcément à duBus. “Je n’ai pas d’inquiétude. Les textes de Xavier Diskeuve sont dans la lignée de ceux de duBus et, en tant que comédien, lorsqu’on joue un rôle, on est toujours comparé à ceux qui l’ont déjà interprété avant.” Par contre, sa vie risque de changer. Ce sera désormais debout tous les matins avant 6 h. Envisageable, lorsqu’on joue parfois aussi le soir sur scène ? “André le fait bien. Donc, pourquoi je n’y arriverais pas ? (Rires) En plus, si j’ai accepté, c’est parce que je savais aussi que j’aurais une année moins chargée au théâtre. Donc, tout se goupille ! Et puis, Votez pour moi est une opportunité qui ne se refuse pas. Je serai en quelque sorte un interprète de l’histoire de mon pays.”

André Lamy se montre, quant à lui, confiant pour l’avenir de l’émission malgré les soubresauts de dernière minute. “Votez pour moi restera un programme caustique réalisé avec l’envie de titiller le pouvoir.” Rendez-vous lundi matin juste après 8h30 pour voir si nos zygomatiques sont également toujours autant mis à contribution...

Frédéric Seront

André Lamy et Olivier Leborgne se connaissent depuis 20 ans, même s’ils n’avaient jamais travaillé ensemble.

“Votez pour moi restera un programme caustique réalisé avec l’envie de titiller le pouvoir”, promet Lamy.