Le premier parking automatique comprenant 55 box a rouvert au boulevard Bertrand

CHARLEROI Les Parcoville, ce sont ces parkings souterrains dans lesquelles les voitures vont se garer automatiquement dans un emplacement déterminé. Le système est simpliste mais il fallait y penser. L'abonné place son véhicule devant la porte d'entrée et insère sa carte magnétique dans le lecteur. La porte s'ouvre, la voiture peut être avancée dans le kiosque. L'automobiliste peut dès cet instant quitter l'entrée, le système mécanique fera le reste. Un plateau descend alors la voiture et la place dans l'un des 55 box construits sous terre. Les distraits y verront notamment l'avantage de pouvoir laisser leur véhicule ouvert puisqu'aucun être humain n'a accès au sous-sol!

Les 6 premiers Parcoville avaient vu le jour à Charleroi au début des années 90. Mais la société gestionnaire avait alors connu quelques déboires financiers la contraignant à fermer ces parkings.

Depuis, ces infrastructures ont été laissées à l'abandon. L'eau s'est infiltrée, endommageant fortement les systèmes mécaniques et hydrauliques. «Nous avons dû vidanger l'eau stagnante, enlever la rouille et repeindre toute la mécanique, changer les câblages, modifier les systèmes d'accès à carte à puce, restaurer le kiosque d'entrée dans sa totalité», explique M. Bigou, directeur technique chez Epolis. Ces travaux ont été réalisés au Parcoville du Boulevard Jacques Bertrand. Ils sont en cours à ceux du Parc Astrid et de la rue de France. Le Parcoville du parc Astrid devrait rouvrir ses portes à la mi-juillet. Il faudra par contre attendre le début du mois de septembre pour celui de la rue de France car «il a subi plus de dégradations et il y a donc plus de travaux de rénovation à y entreprendre». L'investissement total pour la rénovation des 3 Parcoville carolos se chiffre à 1 million d'euros, déboursés uniquement par la société Epolis.

Contrairement au système qui avait été mis en place au début des années 90, les 3 Parcoville ouverts ne devraient fonctionner qu'avec des abonnements. Le prix est fixé à 70 euros par mois.

© La Dernière Heure 2004