Le jeune Flandrien a manifestement franchi un nouveau palier

CONFIRMATION BRUXELLES De retour du Tour de Turquie, Sep Vanmarcke va prendre deux semaines d’un repos tout relatif. Révélé l’an dernier, comme néopro, le jeune Flandrien, 22 ans, a été une des confirmations du printemps.

Le coureur de Garmin-Cervélo va maintenant couper une dizaine de jours avant de reprendre au Tour de Picardie (13-15 mai).

Si l’an dernier, alors qu’il débutait chez les pros chez Topsport Vlaanderen, le coureur de Wortegem-Petegem avait réussi l’exploit de monter sur le podium de Gand-Wevelgem (2e), on a vu tout au long de la période des classiques pavées qu’il avait pris du volume.

“C’est vrai, il n’y a pas de podium cette fois, mais j’ai terminé 4e du GP E3 à Harelbeke et 20e à Paris-Roubaix après avoir attaqué et beaucoup travaillé toute la seconde partie de la course”, se félicite le jeune homme, coéquipier de Hushovd, de Farrar et de Vansummeren. “C’était la première fois que je disputais Paris-Roubaix, je ne connaissais du parcours que ce que les reconnaissances m’avaient montré. C’est une course qui me convient à merveille. Au Tour des Flandres, une crevaison au Trieu, puis une chute dans la descente du Paterberg m’avaient éliminé. J’ai l’impression d’avoir vraiment fait un pas en avant cet hiver.”

Et pourtant, notre compatriote n’a pas été épargné par la malchance cette saison.

“Je suis resté un mois à l’arrêt, de mi-janvier à mi-février, à cause d’une inflammation du tendon d’Achille”, dit-il. “La Flèche Brabançonne n’était que mon neuvième jour de course. Avant la Turquie, à part le Tour de Murcie (NdlR : en trois jours), je n’avais couru aucune épreuve à étapes. Mais je me suis bien entraîné. J’ai énormément travaillé et c’est toujours ce qui paie.”

E. d.F.

Sep Vanmarcke a découvert Paris-Roubaix. Le Flandrien en est persuadé: la Reine des classiques est faite pour lui. photo news