Les Verts dénoncent

le financement

des oeuvres du père

par l'extrême droite

CHARLEROI C'est le groupe Ecolo qui a introduit le sujet. Le père Samuel a ainsi dominé les débats politiques, pendant quelques minutes au moins. C'est avec stupéfaction que nous avons pris connaissance de l'ampleur de l'accueil qui lui fut réservé, a observé Nicole Vandemaele (Ecolo), faisant allusion à la présence du ministre-président de la Région wallonne, mais aussi du bourgmestre et d'échevins de Charleroi. Certains observateurs se sont étonnés de les voir s'associer à la cérémonie du prêtre traditionaliste qui, pour l'occasion, célébrait son office avec un crucifix dans une main et un... coq wallon dans l'autre. Loin de dénoncer ces pitreries, la conseillère a fait état d'un don d'argent de la Ligue chrétienne belge, groupuscule d'extrême droite en liquidation. Pour elle, cette source de financement rend le gourou infréquentable. Le bourgmestre n'a pas voulu se justifier sur sa participation à l'inauguration du couvent des Récollets de Montignies-sur-Sambre. Mais de préciser: Quant aux sectarismes et intégrismes que vous dénoncez, Madame, votre propos montre que vous n'êtes pas ouverte à l'accueil d'une autre culture.

Le PRL a refusé d'adopter le nouveau règlement relatif à la composition des cabinets du bourgmestre et des échevins. On se souviendra que la précédente délibération avait été cassée par la tutelle. Les libéraux se sont abstenus. Le ministre Charles Michel reprendra-t-il la même mesure ? Un arrangement politique semble plus probable vu les améliorations apportées au texte. Comme l'a répété Jacques Van Gompel, il s'agit d'adapter les structures à l'évolution des besoins dans la première ville de Wallonie.

À l'initiative de Latifa Gahouchi (PS), le conseil communal s'est penché sur la problématique de l'évacuation des déchets lors de la fête du mouton, dans les communautés musulmanes. L'échevin Cariat a annoncé que le collège avait fait appel à l'entreprise Rendac, spécialisée en qualité de collecteur d'animaux, pour la reprise des carcasses.

En ce qui concerne les peaux, c'est un autre opérateur qui en assurera le ramassage. La dépense est estimée à 500.000 francs. Elle sera prise en charge par la ville.