Objectifs? Créer de l'emploi et relier ce futur site d'activité économique à la zone de fret de l'aéroport de Bierset

AWANS Voilà quatre ans que les autorités awansoises souhaitaient voir disparaître ce chancre du centre de la commune. Aujourd'hui, c'est officiel. Le ministre wallon de l'Aménagement du territoire, André Antoine, vient de prendre un arrêté portant sur l'assainissement du site d'activité économique désaffecté dit de la Chaudronnerie Brouhon, implanté au coeur d'Awans entre les rues de Hollogne et de la Station.

Durant un peu moins de 100 ans d'activité, ce site aura accueilli toute une série d'industries, occupant pas moins de 1.500 travailleurs. C'est finalement en 2001 que la dernière société, à savoir la Chaudronnerie Brouhon qui employait encore une cinquantaine de personnes, a fermé ses portes, laissant ainsi à l'abandon les 6 hectares sur lesquels elle s'était installée. C'est alors que la commune d'Awans s'est tournée vers le ministre de l'Aménagement du territoire de l'époque pour lui faire prendre conscience de l'intérêt d'assainir ce site.

Ce projet répond à un double objectif: mettre cet espace à la disposition d'entreprises et créer ainsi de l'emploi d'une part et relier, via l'aménagement d'une voirie, ce futur site d'activité économique à la zone de fret de l'aéroport de Bierset. Ce qui devra avoir comme conséquence d'éviter que le charroi n'emprunte la rue de la Station qui traverse le centre d'Awans. « Non seulement c'est une bonne chose pour la commune d'Awans où il y a 475 demandeurs d'emploi sur 8.500 habitants mais cela permettra également d'avoir d'autres retombées dues à la proximité avec l'aéroport de Bierset que le bruit, les odeurs de kérosène et les inondations », souligne José Capelle, le bourgmestre d'Awans.

Une petite ombre subsiste cependant. En effet, pour procéder à l'assainissement du site, ce dernier doit être la propriété d'un opérateur public. Or, la société Goffredo de Grâce-Hollogne l'a acquis en juin 2003. Cette dernière dispose d'un délai de 60 jours pour faire savoir quelle est sa position par rapport à cet arrêté d'assainissement.

© La Dernière Heure 2005