Willy Geurts s'en veut toujours d'avoir

quitté Anderlecht

HASSELT Willy Geurts s'en veut toujours amèrement aujourd'hui : "En quittant Anderlecht pour le Standard, j'ai commis la plus grande erreur de... ma vie."

Le buteur limbourgeois n'a pas savouré, dimanche soir, le 9e sacre d'un de ses anciens clubs : "Je ne l'ai jamais caché : lors du choc, j'étais supporter d'Anderlecht. J'ai toujours considéré le Sporting comme un club bien plus professionnel que le Standard".

C'est la force de persuasion de Raymond Goethals qui a attiré Willy Geurts à Sclessin, à l'aube de cette saison 1982-83 : "Au parc Astrid, je pouvais signer une prolongation de contrat de trois ans. Je ne l'ai pas fait. Vingt-six ans plus tard, je me demande encore pou r quelle raison. J'en vois deux : ma femme souhaitait que j'évolue dans un club plus proche de notre domicile d'Hoeselt. Et Goethals avait plaidé la cause du Standard avec une chaleur telle que je me suis laissé fléchir. Il m'avait assuré qu'il souhaitait ardemment pouvoir compter sur mes services. Je n'étais pas insensible non plus à la perspective d'évoluer au sein du club champion. Mais si j'étais resté à Anderlecht, jamais celui-ci n'aurait acquis Czerniatynski !"

Willy Geurts allait rapidement déchanter : "À Anderlecht, au début de la saison, tout était organisé. Les joueurs découvraient, dans le vestiaire, leurs nouveaux équipements, bien pliés. Au Standard, tout était pêle mêle. Les chaussettes n'étaient même pas toujours bien lavées."

Sur le plan sportif pur, Willy Geurts s'est, très vite, senti frustré : "J'ai constamment été victime de la concurrence avec Gründel et Wendt. J'ai entamé le championnat aux côtés de Wendt. Le Suédois avait marqué, sur un de mes services. Le match suivant, Goethals l'avait confirmé comme titulaire et m'avait fait glisser sur le banc. J'ai compris très vite que Gerets et Haan étaient les véritables leaders et que l'entraîneur décidait tout après les avoir consultés. Comme Arie était très lié avec Wendt, il était difficile pour moi de devenir titulaire."

Ne jouant que lorsqu'un titulaire se révélait indisponib le, Willy Geurts a tout de même inscrit sept buts. "J'étais d'autant plus frustré que Raymond Goethals ne voulait pas m'aligner en réserve."

Willy Geurts assène le coup de grâce : "Je me suis toujours senti beaucoup plus proche du FC Liégeois de Robert Waseige, qui m'avait attiré de Winterslag, que du Standard de Raymond Goethals".

M. D.

Willy Geurts a été champion avec le Standard, mais il aurait aimé ne pas quitter... Anderlecht. (cortex)