Les imprimantes laser émettent des particules ultrafines dangereuses pour la santé

BRUXELLES Si la plupart des décès liés au travail surviennent dans les pays du sud, nos contrées ne sont pas épargnées pour autant. Du moins en matière d'accidents liés à l'utilisation ou l'inhalation de substances toxiques. Et celles-ci se situent parfois dans des endroits où on ne s'y attend pas, ou peu.

Ainsi, selon les chercheurs de l'Université de technologie du Queensland, en Australie, un tiers des imprimantes laser émet des particules ultrafines à des niveaux dangereux pour la santé. Selon les scientifiques, c'est l'encre en poudre (le toner) qui est mis en cause. Travailler à côté de telles machines revient à se trouver près d'un fumeur à la consommation moyenne, estiment les scientifiques. HP, mis en cause au même titre que les autres fabricants d'imprimantes, conteste cependant cette étude.

"Le test des particules ultrafines est une toute nouvelle discipline scientifique. Il n'y a aucune indication que les émissions ultrafines de particules émanant des systèmes d'impression laser sont associées avec des risques de santé particuliers" avance HP. "Si nous reconnaissons que des particules ultrafines ou fines sont émises par les systèmes d'impression, ces niveaux sont constamment en dessous des limites reconnues d'exposition", ajoute le constructeur.

Autre facteur bien présent sous nos latitudes : le stress. Le nombre de décès liés au surmenage ou à la mort par épuisement est bien entendu difficile à mesurer. Toutefois, le Japon, seul pays à effectuer des statistiques en la matière, constate un accroissement du nombre de victimes mortes d'un excès de travail. Entre mars 2006 et mars 2007, les décès imputés au surmenage ont en effet augmenté de 7,6 %. Le gouvernement a immédiatement lancé une campagne visant à limiter les heures supplémentaires. Un bon conseil : ne travaillez pas trop, pensez à prendre des vacances !

V. S.

Les particules ultrafines émises par les imprimantes laser représentent un danger pour la santé. (Benoît Vanzeveren)