Ce lundi matin, Denis Mathen sera installé gouverneur

NAMUR C'est en famille, à Rochefort, entouré de ses petites-filles Florence et Floriane, qu'Amand Dalem, 68 ans, a savouré son ultime week-end en tant que gouverneur de la Province de Namur. Aujourd'hui, une page se tourne pour celui qui fut gouverneur pendant le tiers de sa longue et riche carrière politique. À midi, sonnera l'heure des adieux à la presse que le gouverneur a conviée à un buffet : "Ce ne sera pas la dernière cène", sourit M. Dalem. "Mais l'occasion d'adresser mes remerciements à ceux qui m'ont aidé".

Au préalable, ce matin à 9h30, le successeur d'Amand Dalem, Denis Mathen, aura prêté serment chez Elio Di Rupo. Mardi matin, Amand Dalem et Denis Mathen se rencontreront au Palais provincial, tandis qu'à 17h30, se déroulera l'officielle passation de pouvoir : "La remise des clefs", précise M. Dalem. "Je souhaite à mon successeur d'être le gouverneur de tous les Namurois : il y en 460.000 de Couvin à Gembloux et de Walcourt à Andenne. Il devra faire attention à cette donne, c'est ce que j'ai essayé de faire. Cela demande un investissement personnel. L'essentiel est de ne pas être un gouverneur namuro-namurois. Ce dimanche, alors que j'étais au restaurant avec mon épouse, des Namurois m'ont remercié pour ce que j'ai fait. Cela m'a fait chaud au coeur".

Ce week-end, le gouverneur s'est rembobiné en accéléré le film de sa carrière. Les souvenirs s'enfilent et défilent : les derniers jeux sans frontières remportés par Rochefort en Italie en 1980, la création du festival du Rire en 1981, les visites royales...

Le gouverneur se revoit à 23 ans, au centre de sélection d'Everberg : "J'étais candidat officier de réserve. C'est la première fois que le roi Baudouin, en visite, m'a parlé, m'a interrogé sur ma formation et mes motivations. J'avais été très frappé."

En 1970, le bourgmestre Dalem rencontrait à nouveau le Roi, à l'occasion de la sécheresse dans la région de Rochefort... "Plus tard, de 85 à 92 quand j'étais ministre, le roi Baudouin m'interrogeait le double de temps des autres. Notre dialogue portait sur mes compétences ministérielles mais surtout sur mes actions en tant que bourgmestre de Rochefort".

Le roi Baudouin parlait à Amand Dalem en voisin : le même amour de la terre les reliait : "Il aimait évoquer des souvenirs et parler avec moi de cette région dont lui aussi était originaire. Oui, il était attaché à cette terre de Famenne, cette terre de Ciergnon".

À l'heure de la retraite, "l'inoxydable gouverneur" voue toujours un indéfectible attachement à nos Souverains : une visite d'État devrait être programmée cette année... Et Amand Dalem sera de la partie !

Anne-France Somers

L'heure de la retraîte - bien méritée - a enfin sonné pour Amand Dalem qui passera officiellement le flambeau à son successeur, Denis Mathen, ce mardi matin au Palais Provincial. (OLÉ)