La satisfaction du duo Zahnen-Benoît et la ferme mise en garde de Solange Robyns

RALLYE BELLEVAUX Nous avions décidé de suivre de plus près l’équipage composé de la Remoucastrienne Marielle Benoît et du Francorchamptois Jean-François Zahnen au Rallye du Condroz. À quelques heures du départ, Jacques Gérard, leur gourou, ne masquait pas un certain scepticisme : “Ils sont pleins d’enthousiasme : c’est très bien, mais ils devront quelque peu le tempérer car il n’y a pas épreuve plus piégeuse que le rendez-vous hutois.”

Pour rappel, notre tandem roulait en faveur de l’asbl Les Coccinelles qui s’occupe d’handicapés mentaux adultes à Jemeppe-sur-Meuse.

Le dimanche , notre interlocuteur était admiratif : “Première participation et première arrivée puisqu’ils terminent 84e sur 180. Ils ont juste effectué une petite erreur de trajectoire, samedi, à Strée et une autre, le lendemain, dans le brouil- lard à Marchin. Bref, le bilan est plus que positif pour un équipage déclinant une autre approche du sport automobile. Dans la foulée, nous tenons à partager la détresse des familles des deux personnes tuées lors du rallye.”

Coïncidence du calendrier, on embraiera directement avec les célèbres Crêtes de Bellevaux prévues pour après-demain. Il était donc intéressant de savoir comment Solange Robyns, l’organisatrice, aborde cette échéance. “J’étais au Condroz et j’ai vu des spectateurs complètement imbibés jeter des bouteilles sur la route avant le passage des concurrents. C’est de l’hooliganisme. Nous avons la chance, de notre côté, d’avoir un public plus germanophone et donc plus discipliné, mais si ce type d’incident devait survenir, j’arrête l’épreuve sur-le-champ.”

M. C.

Dans une triste ambiance, Marielle Benoît et J.-F. Zahnen ont roulé pour les Coccinelles.D. R.