Votre vie, votre passion (2): Delphine Tchaoussoglou à Limal et Alexandre Debrus à Waterloo

OTTIGNIES «Des duos de violoncelle et de flûte comme les nôtres, il n'en existe pas beaucoup. À vrai dire, on n'en connaît pas d'autres. Pourtant, le mariage des deux est parfait. Il est vrai que la flûte rajoute une touche de fraîcheur aux sons du violoncelle qui ne reste jamais qu'un bout de bois!»

La Limaloise de 23 ans, Delphine Tchaoussoglou, taquine le Waterlootois de 29 ans, Alexandre Debrus. On sent tout de suite la complicité et la passion de la musique qui les unit. Au point que le second répond du tac au tac: «Le violoncelle, c'est tout de même l'instrument dont les sons ressemblent le plus à ceux de la voix humaine. C'est aussi un instrument plus physique. Il faut faire corps avec lui. Et puis, la flûte, ce n'est jamais qu'un bout de bois qui ne sait même plus brûler!»

Ce duo pas comme les autres, vous pourrez l'entendre le samedi 21 janvier, à 20 h 15 au Centre culturel d'Ottignies (place de 10 euros à 15 euros en prévente au 0479/ 82.72.95) lors du gala Virtuoses 2006 où Delphine Tchaoussoglou et Alexandre Debrus interpréteront des oeuvres de Mozart, Boccherini et Bréval avec l'orchestre Arpeggio et sous la direction de Gilberte Boucher. Une initiative que l'on doit à l'asbl Laudel qui s'est donné pour mission de promouvoir des jeunes virtuoses classiques.

Une chose est sûre pour notre duo, la musique représente toute une passion, au point qu'on peut surnommer ses membres de dépoussiéreurs des notes. Alexandre Debrus en était déjà baigné dans le ventre de sa maman. Ses parents étaient tous les deux solistes dans l'orchestre de la RTBF: «Avant même de savoir parler, je jouais déjà de l'archet sur les genoux de maman. J'ai essayé plusieurs instruments, mais c'est toujours vers le violoncelle que je suis revenu.»

Pour Delphine Tchaoussoglou, la musique est venue à l'âge de 7 ans: «Cela a surpris tout le monde à la maison, car personne n'en faisait. Je chantais et je chante faux. On m'a donc mis au solfège pour essayer de me dégoûter, mais j'avais la flûte traversière en ligne de mire. Je trouvais que c'était l'instrument le plus original!»

Voir www.delphinetchaoussoglou.com et www.alexandredebrus.com.

© La Dernière Heure 2006