Les derniers jours

de la bande Noire

CHARLEROI t La bande Noire est l'une des organisations criminelles les plus connues de Charleroi. Cette bande de truands installa une terreur démesurée dans la région. Rien ne les arrêtait. Ils étaient capables des crimes les plus sanglants.

La culpabilité des condamnés dans l'histoire du crime de Couillet reste polémique, elle n'a jamais été étayée par aucune preuve tangible. La nuit du 23 mars 1860 est un exemple parfait d'énigme policière.

Le cambriolage de la veuve Dubois aboutira au fameux crime de Couillet. Cette nuit-là, une vieille femme va mourir dans d'atroces souffrances. Mais c'est grâce à l'envoi d'une lettre anonyme au parquet de Charleroi désignant comme auteurs du crime les nommés Goethals, Coeke, Henry et Smets que ceux-ci seront inculpés. Les deux premiers sont arrêtés et exécutés sur la place publique. Mais cela n'arrête pas les autres complices.

Les déclarations de la maîtresse

En janvier 1861, la bande Noire rôde à nouveau sur Charleroi. Mais cette fois l'étau de la police se reserre. Par imprudence, Ravet, l'un des derniers complices s'est confié à l'une de ses maîtresses. Celle-ci a bien vite fait de rompre ses promesses de mariage. Toute la région de Charleroi est bientôt informée.

Ce sera bientôt le tour de Boucher et des frères Leclerq. Finalement les portes se referment sur toute la bande Noire.

Le 29 mars 1861, 20.000 personnes se pressent pour voir les têtes des criminels tomber. A la ville haute, les fenêtres sont prises d'assaut et les enfants sont hissés à bout de bras pour jouir du sanglant spectacle.