Le procureur Tilliet a requis deux ans contre Me Marc Guiot

TRIBUNAL BRUXELLES Avant d’être huissier, Me Marc Guiot était commissaire à la PJ de Bruxelles dans les années ‘80, avec la haute main sur la section financière. Le réquisitoire du procureur, Pascal Tilliet, nous apprend qu’il avait démissionné, après une première escroquerie. Il s’en était tiré avec une suspension de peine.

Puis, Guiot est devenu clerc de notaire. De quoi lui donner des ailes et l’inspirer pour sa future carrière d’huissier qu’il entame fin des années ’90. En 2000, il fonde son étude et y rencontre sa nouvelle future épouse. Il emploiera 35 personnes !

Il s’intéresse aux sports, moteurs notamment, ouvre deux garages Citroën et monte sa société M.G. Properties. Elle est active dans l’immobilier. L’artiste n’est pas juriste mais il est éclectique.

Cependant, en 2004, quand il est à nouveau inculpé, il doit à tout prix renflouer ses caisses. Aussi, il vend des immeubles de M.G. Properties. La traînée de poudre se répand auprès de sa clientèle et les affaires périclitent. Alors, il est prêt à toutes les folies. Jusqu’à émettre des faux dinars du Bahrein et à tomber dans le panneau du couillonnoscope de la machine à lessiver les dollars qui lui est présentée par des Congolais. Mais, jusqu’ici, tout donnait à penser qu’il avait inventé une fable.

Or, le magistrat de l’accusation nous a appris aussi que Marc Guiot, 51 ans, avait retrouvé les arnaqueurs et qu’il les avait séquestrés avec l’un de ses adjoints, espérant retrouver sa mise. En vain. Il a écopé de deux ans avec sursis, en août dernier, pour cette expédition musclée.

Mais les surprises ne s’arrêtent pas là. Le procureur a requis deux ans, compte tenu de l’ancienneté des faits. Me Guiot, qui est toujours huissier en titre, plaidera lui-même sa cause le 21 novembre. Pour payer les honoraires de son dernier avocat, soit 150.000 €, il lui a cédé l’une de ses villas. Décidément, rien ne se perd !

Jean-Pierre De Staercke

L’huissier escroc, Marc Guiot, promettait une “carrière en or” au pilote de F1 Bas Leinders. belga