MOBILITÉ

Trop souvent victimes du mauvais état des routes, ils en ont assez de ne pas être entendus

BRUXELLES Choppers, roadsters, Harley-Davidson, motos de cross, scooters… Tous étaient présents samedi à Bruxelles pour faire des appels de phares au gouvernement.

Marre des nids-de-poule sur les routes ! Ça pétarade, ça fait du bruit… Du bruit à la hauteur du mécontentement des motards. “Nos bolides coûtent parfois plus d’un million. Nous payons beaucoup de taxes. J’habite du côté de Liège, et certaines routes, prises en charge par le privé, sont tout de suite réparées quand un pavé tombe”, déplore Gilbert.

La grogne envers les pouvoirs publics est grande. “Ils font des promesses en l’air. Une fois passé la frontière franco-belge, on sent tout de suite la différence. On s’endormirait presque sur la route tellement ça glisse tout seul !” Éric, qui est encore tombé avant-hier à cause d’un nid-de-poule, rejoint l’avis de Gilbert. “Les autoroutes polonaises sont meilleures !”

Hubert, motard également, est membre des Samouraïs de la route, le groupe qui a organisé cette action citoyenne qui s’est déroulée sans incident. Le but ? Dénoncer l’état des routes – dont certaines sont un cimetière à ciel ouvert pour les motards – et aussi obtenir la reconnaissance des motards comme usagers faibles.

“Nous venons ici à Bruxelles depuis des années, mais rien ne change ! Daerden avait 600 millions, son successeur, Lutgen, fait un emprunt. Nous payons des taxes. Où passe cet argent ?”

Depuis 10 ans, Nick et son ASBL Bike’er’Nick défend les motards accidentés. “La première cause d’accidents à moto, c’est les automobilistes qui ne font pas attention à nous. L’état des routes en est la deuxième cause. Il faut que l’état investisse, au lieu de tous se renvoyer les responsabilités.”

Un milliard d’euros serait nécessaire pour restaurer les routes wallonnes, selon le ministre des Travaux publics Benoît Lutgen. Après être passés par les places Dumont, Jourdan et dans le centre-ville, les motards se sont baladés dans la capitale jusqu’à 15h 30…

En espérant reprendre du plaisir à rouler, sans rencontrer trop de nids-de-poule à Bruxelles et sur le chemin du retour…

Florence Scherpereel

Un millier de motards samedi à Bruxelles, avec un slogan : “Nous voulons des routes billards, non corbillards…”