médias

Info sponsorisée à la RTBF

Certains de nos estimés confrères ont relevé les à-côtés des émissions en direct depuis Bombay qu'ont proposées Jean-Pierre Hautier, directeur de la Première, et Jean-Pierre Jacqmin, probable futur patron de l'info de la RTBF comme l'a révélé La Dernière Heure. Curieuse décision que celle qui voyait les deux têtes pensantes de la chaîne de référence présenter des programmes style magazine, alors que la tempête venait à peine de se calmer au PS (le remplacement de Frédéric Laloux par Jean-Marc Delizée datait de la veille) et alors que le tsunami engendré par la victoire des Rouches se développait seulement. Plus bizarres encore, ces spots publicitaires pour Jet Airways qui parrainait l'opération. De l'info sponsorisée par une société privée : qu'en pense le futur directeur de l'info et, partant, gardien de la déontologie du service public ?

Plan de fréquences radio : premières surprises

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a donc rendu public les courriers qu'il avait fait parvenir à ceux qui s'étaient porté candidats à l'attribution de fréquences. On le sait, il existe cinq demandeurs pour les quatre réseaux s'étendant sur la Communauté française : Bel RTL, Contact, Ciel, Nostalgie et NRJ. Contact + a donc préféré se limiter à Bruxelles. Autre surprise, l'absence de Skyrock et Europe 2. Pour ce qui est des dossiers que l'on pourrait qualifier d'à cheval entre la Communauté et les multivilles, se retrouvent Fun Mint et BFM... Cinq radios maghrébines sont candidates pour émettre dans la capitale - Al Watan, Medi 1, Culture 3, Gold FM, Sallam et Al Manar -, mais on remarque la présence d'une station polonaise : Centrum Polski (radio polonaise Bruxelles-Europe). Autre singularité, la candidature de Radio Bruxelles Internationale (dossier 106) dont l'adresse est la même que celle de la RTBF. Bizarre, alors que le service public est déjà bien servi. Enfin, en ce qui concerne les demandes locales, la seule véritable bagarre devrait se dérouler à Liège : entre Maximum FM et Zone 80.

Funérailles

Noël Godin sème la zone chez Benoît Lamy

Mardi se déroulaient les funérailles du réalisateur Benoît Lamy. Sa veuve, surnommée Bonbon, et ses filles avaient convié Noël Godin, à y prononcer un hommage. Après avoir célébré sans excès le côté gentiment flibustier de son ami, l'entarteur fulmina en entendant les deux prêtres affirmer que Lamy, bien que baptisé, avait fini par sombrer dans le péché, sa vie se transformant en un long chemin de croix. Ulcéré, Godin se leva et se mit à hurler qu'au moment où les officiants parlaient de la sorte, "Benoît était en train de se shooter à la trappiste artisanale avec le diable !" Des voix s'élevèrent dans l'église uccloise de Saint Marc, qui criaient : "Il a raison !", "Je suis d'accord !"... Et une vingtaine de membres de l'assistance suivirent, l'un après l'autre, Godin lorsqu'il abandonna les lieux. Se ravisant, le trublion décida de réintégrer l'église, s'époumonant : "Benoît serait épouvanté par cette récupération obscène !" L'entarteur eut peur d'en avoir trop fait. Pas du tout ! Bonbon vint le rassurer : "Benoît aurait apprécié". Au moment où paraissent ces lignes, les deux officiants ne s'en étaient toujours pas remis...

la phrase de la semaine

Starification hexagonale pour Michel Daerden. Mardi, il entrait dans la rubrique Le point du Petit journal (Le grand journal de Canal +, en clair à partir de 18h45 sur BeTV). Ce soir-là, nos voisins ont repris la crème des déclarations de Papa, après la victoire du Standard. La première phrase du ministre wallon est dans le ton du succès des Rouches : "25 ans d'histoire !" Puis, sans transition et sans lien avec ce qui précède, Daerden se met à philosopher : "C'est ça aimer les gens ! C'est ça travailler pour les gens !" La rubrique de Yann Barthez étant récurrente, on craint le pire pour la suite...