Amorcée en… 1997, la rénovation de la gare Centrale a été primée par l’ASBL Quartier des Arts

PRIX BRUXELLES Pour ses 40 ans, l’ASBL Quartier des Arts s’est payé un lauréat de luxe, lors de son honorifique concours bisannuel : le bureau d’architecture Ma2, de Francis Metzger, maître d’œuvre du renouveau de la gare Centrale.

“On ne se rend plus compte de l’avancement de ce projet (de 25 millions, NDLR); on oublie que c’est du Horta…”, recontruisit, hier, le captivant doyen de la faculté d’architecture La Cambre-Horta, à l’heure de recevoir… un diplôme.

C’est qu’au détour d’un rendez-vous (un quart d’heure qui se mua en quatre heures qui, demain, donneront sand doute naissance à une publication) avec Maxime Brunfaut, Francis Metzger acquit la certitude que Horta avait tout dessiné de ces rails, uniques au monde et “annonçant le modernisme”.

Forte de l’histoire de ce projet tout à la fois “très classique” et d’un “fabuleux” travail de perspective du maître de l’Art Nouveau, la rénovation/extension contemporaine s’est appuyée sur un colossal puits de lumière. Et, chose unique, sur la volonté première de son concepteur : “En 1952, la gare Centrale est inaugurée. Horta meurt en 1947; Brunfaut termine l’ouvrage. Mais nombre de volontés de Horta ne furent pas respectées. Les façades latérales, par exemple. Il les voulait ouvertes…”

La remise en pristin état; et l’accroissement d’une enceinte prévue, aux origines, pour 15.000 voyageurs alors qu’y transitent dix fois plus de monde ont tôt fait de convaincre Georges Jacobs et le jury de l’association qu’il préside. “C’est la première fois dans l’humanité que l’on concevait une gare de passage souterraine”, rappelle celui-ci en mettant en avant le combat de l’ASBL contre les “incohérences”.

Qui côtoie la Central au quotidien en mesure désormais toute la cohérence, non encore aboutie.Guy Bernard

Le couloir de la gare Centrale, Francis Metzger l’éclairera de photos sur Bruxelles.dr et bernard demoulin