Dégoûté du climat tubizien, l'échevin démissionne

TUBIZE "C'est la 2e fois de ma vie que je quitte quelque chose qui me tenait à cœur. Je regrette ce choix pour mes 926 électeurs. Mais ils comprendront que 3 personnes valent plus que 926."

Michel Dernies a officialisé, hier soir, face à la presse, l'information qui avait commencé à circuler. Il remet sa démission comme échevin, en charge des Sports notamment. Le climat politique tubizien a eu raison de son engagement.

L'ex-cycliste était entouré de son épouse et de ses deux enfants, qu'il souhaite préserver; mais également de l'ensemble du collège.

La famille Dernies quitte aussi Tubize et leur maison est mise en vente. L'opposition socialiste a fait de la critique de la politique sportive un argument. Dénonçant une implication de la commune dans l'AFC Tubize présidé par le bourgmestre Langendries. Avec la reprise de la saison, les critiques ont repris par la voix du chef de groupe PS, Carl Delcourte.

Mais Michel Dernies, sous sa casquette de président de l'Association Tubizienne Omnisports (ATO), a aussi été visé par le dépôt d'une plainte - par l'opposition - pour détournement

"Je compte sur la justice, pour qui je reste naturellement disponible, pour montrer que je n'ai rien détourné", affirme-t-il. "Quand elle aura fait son boulot, je réagirai. Quand on creuse la tombe de quelqu'un, il faut faire attention à ne pas tomber dedans !"

Le collège le soutient. "Nous n'oublierons pas comment certains membres socialistes se sont comportés", souligne le bourgmestre Raymond Langendries. Lui-même n'exclut pas une riposte légale. Le choix de quitter la politique est aussi définitif pour Michel Dernies. "Lorsque j'ai dit que j'arrêtais le cyclisme, je n'ai plus jamais remis de dossard. Quand je fais quelque chose, c'est à fond. Quand j'arrête, j'arrête !" Son successeur sera Philippe Angillis.

Sébastien Étienne

L'ex-cycliste avait été visé par une plainte pour détournement.