Depuis ce moment-là, Sa Pinto savait qu’il ne serait plus le coach du Standard