La Société royale des gilles de Jemappes a fait la fête lundi

JEMAPPES Ils sont arrivés, tambours battants, en retard. Un peu, pas trop. Juste ce qu’il faut pour susciter l’impatience. Les membres de la Société royale des gilles de Jemappes et leurs donzelles avaient rendez-vous avec l’Histoire, lundi matin, 11 h, dans leur local (le Coq).

Une petite fête y avait été organisée à l’occasion de leur nonantième anniversaire. Les Cagnots sont en effet la plus ancienne société de Jemappes. “Évidemment cela fait plaisir cet anniversaire, on espère que cela durera encore longtemps. Cette année, nous sommes 34 gilles. Avec le comité et les donzelles, une soixantaine de personnes”, explique Miguel Saussez, vice-président.

Les Cagnots se considèrent comme une grande famille. Miguel est gille depuis plus de 25 ans. “Mon arrière-grand-père a joué de la musique pendant 50 ans ici”, confie-t-il. Outre la médaille de leur participation, les jubilaires ont reçu une médaille commémorant les 90 ans.

La Société royale a eu pas mal de difficulté ces dernières années. Beaucoup de gilles sont partis. “Mais on a essayé de changer ça. On essaie de remonter le groupe un peu à la fois. On a eu jusqu’à 90 gilles, l’an passé nous étions 29.”

Louis Laurent, son président, se souvient que la société est née par la volonté de quelques amis, réunis en cagnottes. “Nous sommes allés dans un local, qui était géré par Simone Cagnot. On a dès lors eu le sobriquet de Cagnots”, précise Louis Laurent. Les gilles ont reçu la visite du bourgmestre de Mons et de quelques échevins qui ont improvisé un pas de danse sur un air de gille. Sous les applaudissements.

F. Sch.