L'opposition MRIC pointe l'élaboration du budget 2009 du CPAS

OTTIGNIES-LLN "Il n'est pas normal que le budget soit discuté au conseil de l'action sociale, après que la commune ait adopté son budget et verrouillé l'intervention communale", a regretté Bernard Liétar. "Vos ambitions pour 2009 se réduisent à 14 lignes. L'exercice propre est en déficit en 2007 et 2008 et il risque d'être plus important en 2009, vu la crise."

Et le conseiller CPAS de préciser que sa présidente avait hérité d'un navire en perdition, mais qu'elle n'en avait pas fait un fameux trois mâts, que le navire prenait l'eau et était perdu dans la brume.

"Quand, en juin 2008, nous attribuions 315 RIS, il n'y avait que 147 bénéficiaires à Nivelles et 95 à Wavre", a poursuivi Bernard Liétar. "Ces statistiques interpellent. Vous avez intégré notre revendication de faire une étude des besoins sociaux, mais rien n'a bougé."

Jacques Duponcheel (Écolo) a répondu que cette étude serait réalisée avec l'UCL et que la gestion 2009 se ferait dans la rigueur, mais pas dans la restriction.

Enfin, Jacques Otlet (MRIC) a qualifié l'achat de la maison au pied de la chaussée de la Croix de "grosse catastrophe : 552.000 € sont à la charge du CPAS, bien loin des recettes de 1.250 € par mois, grâce aux loyers de la Chaloupe et des logements de transit".

Jeanne-Marie Oleffe a fait remarquer au chef de file de l'opposition qu'il n'avait pas compté le loyer du logement moyen.L. Dm.